Menu

Société

Comparution du couple Bissessur-Moheeputh devant le tribunal de Bambous


Rédigé par E. Moris le Jeudi 25 Août 2022



Comparution du couple Bissessur-Moheeputh devant le tribunal de Bambous
Ce jeudi, Akil Bissessur et sa compagne Doomila Moheeputh ont rendez-vous en cour. Ils doivent comparaître de nouveau. Rappelons que la femme, plus connue comme Sweety, a déposé une motion de remise en liberté par le biais de son avocat.

L’inspecteur Ramlugun devra expliquer où en est l’enquête policière ce jeudi. Il va témoigner dans le cadre des débats sur cette motion. Les avocats d’Akil Bissessur se baseront sur son témoignage pour décider s’ils vont eux-aussi déposer une motion de remise en liberté. C’est à 13 heures que les deux suspects comparaîtront devant le tribunal. Rappelons qu’Akil Bissessur et Sweety Moheeputh ont été arrêtés vendredi. Ils font l’objet d’une accusation provisoire de trafic de drogue. Selon la police, ils avaient en leur possession 52 grammes. 

Depuis leur arrestation, de nombreuses informations sont sorties. Ainsi, l’on a appris qu’Akil Bissessur était sous surveillance policière depuis près d'un mois. Il se rendait chaque semaine dans l’Ouest, le vendredi en particulier. De plus, la police a eu des informations qu’il y rencontrait des personnes impliquées dans le trafic de drogue. Chaque vendredi, Akil Bissessur passait la nuit chez sa compagne, à Palma, au lieu de son appartement à Sodnac. C’est la raison pour laquelle un mandat de perquisition a été demandé pour le domicile de Sweety Moheeputh le vendredi 19 août. 

Demain au tribunal, l’inspecteur Ramlugun va probablement communiquer au tribunal les conclusions du Forensic Science Laboratory qui a analysé un échantillon de la drogue saisie au domicile de Sweety Moheeputh. 
De plus, les téléphones saisis chez le couple feront l’objet d’un examen minutieux.

Jeudi 25 Août 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.