Politique

Commission d’enquête : les explications d’Ameenah Gurib-Fakim attendues ce mardi

Mardi 14 Août 2018

C’est ce mardi 14 août qu’Ameenah Gurib-Faim, sera auditionnée par le juge Asraf Caunhye.

Alors qu’elle était attendue par la Commission jeudi 9 août, Ameenah Gurib-Fakim a fait savoir, qu’elle n’était pas au pays et qu’elle ne rentrerait que le  weekend dernier.

L'audition a été reportée pour ce mardi 14 août.

Cette commission d’enquête a été instituée pour faire la lumière sur les circonstances ayant motivé Ameenah Gurib-Fakim à nommer une commission d’enquête sur les transactions de l’Angolais, Alvaro Sobrinho, sans l’aval du Conseil des ministres.


Cette Commission d'enquête a pour but d’établir si l’ancienne présidente de la République a violé l’article 64 de la Constitution. 

Elle sera confrontée aux transactions financières entourant la carte bancaire mise à sa disposition par Planet Earth Institute (PEI). Un compte crédité de la somme de Rs 3.7 millions, mais aussi aux transactions douanières faites au nom de la Présidence du temps où elle était locataire du château de Réduit.

C’est du moins ce qu’a révélé le secrétaire à la présidence, le Permantent Secretary Motichand Seebah, lors de son passage devant la Commission le lundi 6 août. C’est l’Accountant General par intérim, Sunil Dutt Ramdeen, qui gérait ledit compte. Celui-ci a d’ailleurs été sommé par le juge Asraf Caunhye de compiler la liste de toutes les transactions faites à travers ce compte.
 
Ameenah Gurib-Fakim devra aussi apporter des détails sur des importations effectuées au nom de la Présidence pour la période juin 2015 et mars 2018. à cet effet, le directeur des douanes, Vivekanand Ramburun, a été exhorté par le président de la Commission à produire les relevés y relatifs au niveau de la Mauritius Revenue Authority (MRA).
 

Rédigé par E. Moris le Mardi 14 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.