Menu



Justice

Commission d’enquête : Betamax ne lâche pas l’affaire


Rédigé par E. Moris le Vendredi 26 Novembre 2021



Commission d’enquête : Betamax ne lâche pas l’affaire
Il est tenace le Rishi Pursem ! Certes, il a sorti un joker mardi lors de la première séance de la commission d’enquête sur les circonstances ayant mené à l’octroi puis à la résiliation du contrat d’affrètement de produits pétroliers à Betamax. Mais il a perdu.

Il a souligné à la juge Carol Green-Jokhoo qu’il y a une demande de gel des travaux de ladite commission d’enquête devant la cour suprême. La juge a répliqué qu’elle n’a pas les pouvoirs de suspendre les travaux d’une commission d’enquête. Me Rishi Pursem a obtempéré – il n’avait pas le choix d’ailleurs – mais il est revenu à la charge devant une autre instance.

Jeudi, l’affaire ayant trait à la demande de révision judiciaire de Betamax Ltd et de son directeur Veekram Bhunjun a été appelée en cour suprême. Me Rishi Pursem est revenu à la charge concernant sa demande de gel. Il a indiqué aux juges Rita Teelock et Benjamin Marie Joseph que si la commission d’enquête poursuit ses travaux, sa demande de révision judicaire devant la Cour suprême sera caduque.

Les deux juges ont ainsi demandé aux avocats des diverses parties de soumettre une plaidoirie sur cette motion de Me Rishi Pursem. Ils doivent revenir en cour le jeudi 2 décembre 2021. Rappelons que la demande de révision judiciaire de Veekram Bhunjun est dirigée contre le président de la République, Prithvirajsing Roopun, l’Attorney General, la juge Carol Green-Jokhoo et ses deux assesseurs, Telkraj Parbhunath et Kodados Mosafeer et l’État.

Le Directeur des Poursuites Publiques et la State Trading Corporation (STC) sont cités comme codéfendeurs. Mais jeudi, les avocats des diverses parties devaient présenter leurs plaidoiries suite à la motion des hommes de loi du président de la République, qui demande à être mis hors de cause. Les juges ont réservé leur décision.

Vendredi 26 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.