Politique

Commission d'enquête : Ameenah Gurib-Fakim a rendez-vous le mardi 14 août

Jeudi 9 Août 2018

Ce jeudi après-midi 9 août, les travaux sur la commission d'enquête de l’ex-présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, en Cour suprême n'aura duré qu'une quinzaine de minutes.


Le président de la Commission d'enquête, le Puisne Judge, Asraf Caunhye  a reçu un mail de Me Hervé Duval, dont les services ont été retenus par Ameenah Gurib-Fakim.

L'avocat a informé la Commission que  l’ex-Présidente n'est pas au pays et qu'elle rentrera le 11 août. 

Le président de la Commission a donc convoqué Ameenah Gurib-Fakim pour une audition le mardi 14 août à 13 h 30.

Deux témoins ont été entendus ce jeudi, l’Acting Accountant General, Sunil Duth Ramdeen a été appelé à apporter des précisions sur le compte bancaire qui a été ouvert en septembre 2016 pour financer les activités de l’ong Planet Earth Institute (PEI) dirigée par le banquier angolais Alvaro Sobrinho.

Il est invité à revenir le mardi 14 août afin qu’il puisse fournir de plus amples détails sur les paiements effectués à travers ce compte bancaire. Il devra aussi donner explications sur les sommes déboursée, l’identité des personnes à qui les paiements ont été effectués et le nom de celui qui a autorisé ces versements.

Vivekanand Ramburrun, le directeur des services de douane de la Mauritius Revenue Authority (MRA), devra revenir le mardi 14 août pour apporter des précisions sur les articles importés par la présidence entre juin 2015 et mars 2018.

Cette Commission d'enquête a pour but d’établir si l’ancienne présidente de la République a violé l’article 64 de la Constitution.

Le scandale avait fait suite à une commission d'enquête lors des révélations des dépenses faites sur une carte de crédit de Planet Earth Institute, ONG présidée par Alvaro Sobrinho.

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Ameenah-Gurib-Fakim-fait-faux-bond-a-la-commission-d-enquete-_a672.html

Rédigé par E. Moris le Jeudi 9 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.