Menu


Politique

Comment la fille de Dawood Rawat s'est laissée manipuler par la politique


Rédigé par Administrateur ZinfosMoris le Mercredi 1 Mai 2019

Qui manipule qui ? Laina Rawat demande à ce que sa démarche soit comprise, elle s'est exprimée sur sa page Facebook et dit être consciente que sa démarche ne soit pas comprise par beaucoup.



Et elle a raison ! Comment a-t-elle pu se retrouver sur la plateforme de Roshi Bhadain, l’un des bourreaux du groupe BAI, un 1er mai ? Mais pire, comment a-t-elle pu exonérer le leader du Reform Party de tout blâme dans la chute de la Maison BAI, se contentant de mettre la responsabilité sur le gouvernement, le MMM, la Banque centrale et Vishnu Lutchmeenaraidoo ? 

Pas étonnant qu’elle soit autant critiquée ! Pas étonnant aussi que certains vont jusqu’à penser que Laina Rawat souffre du syndrome de Stockholm (ces relations d’empathie entre otages et ravisseurs) ! Car si comme le clame la fille de Dawood Rawat, Roshi Bhadain n’avait pas le doigt sur le détonateur qui a fait exploser la bombe, il a tout de même justifié cet attentat. Cela, à plusieurs reprises !

Laina Rawat n’a qu’à aller sur Youtube pour (re)visionner les fameuses conférences de presse où le ministre de la Bonne gouvernance d’alors parlait de Ponzi Scheme et de pieuvre. Ou lorsque son père était prêt à céder son empire familial pour une roupie symbolique sous un chantage infecte afin de protéger ses proches...

Dans une démocratie (Maurice l’est encore même si bananière sous plein des aspects), lorsqu’on est victime d’injustice (à tort ou à raison) d’un gouvernement, l’on est tenté de répliquer. Mais difficile dans le contexte mauricien quand les organismes supposément indépendants ne le sont pas. Certes, il y a le chemin de la justice. Mais d’abord, cela prend du temps… beaucoup de temps. Puis, les dégâts causés ne sont jamais réellement réparés. 

Si il est tentant de répondre en montant sur une estrade. L'enjeu devient dangereux, en croyant jouer les marionnettistes, l’on se retrouve en fait marionnette, manipulée par des mains expertes.

Et l’on se voit obligée, comme Laina Rawat l’a fait sur son profil Facebook, à débiter des âneries comme « je serais toujours du côté de la vérité » ou que « le plus important c’est faire triompher la vérité ». 

Car en exonérant untel ou en tentant d’accabler un autre, la vérité finit par se perdre dans un chemin sinueux. C’est ce qui s’est passé aujourd’hui.

Laina a perdu ceux qui, tout en n’aimant pas la façon de faire du groupe BAI, estimaient que le gouvernement a agi de façon injuste. Mieux, en croyant manipuler Bhadain, elle s’est fait rouler dans la farine.

Elle a été l’attraction principale d’un meeting qui, autrement, n’aurait pas reçu une si grande répercussion médiatique. 

Les vautours se nourrissent des carcasses… aussi bien que du désespoir des gens !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.