Menu


Politique

Combien de députés sur les bancs de la majorité parlementaires s'opposeront au «Covid-19 Bill» ?


Rédigé par E. Moris le Mardi 12 Mai 2020



Le projet de loi Covid-19 est décrié par l'opposition, hommes de loi, syndicalistes, défenseurs des droits humains et citoyens lambda. Est-ce que la majorité entend-elle la voix du peuple ou va-t-elle suivre aveuglément les directives de Lakwisin ?

Rappelons que ce projet de loi sera introduit et débattu au Parlement demain, mercredi. Il se propose d’amender 56 lois existantes dans le cadre de la pandémie et de l’après-pandémie. Mais selon toute vraisemblance c'est la façon dont le gouvernement va gérer le pays, après l’adoption de la loi omnibus, qui sera extrêmement grave, menant à de grandes dérives notamment celle de notre liberté.

Le Covid-19 Bill n’est pas dans l'intérêt des Mauriciens et les députés doivent le faire savoir peut importe leur couleur politique.

Il suffit de jeter un oeil aux amendements aux lois du travail et à tout ce qui concerne le remboursement de la dette. Tout comme la clause qui permettrait, au cas où le Redundancy Board estime que le licenciement d’un employé est justifié, que l’entreprise ne paie que 30 jours de salaire à ce dernier. Donnant également droit aux entreprises de mettre des employés au chômage technique et les réembaucher, mais sous de nouvelles conditions.

Que décidera ces jeunes députés, vont-ils faire honneur à leur électorat en protégeant leurs droits ou tout simplement les trahir ? L'Histoire ne retient que l'engagement des hommes et des femmes qui se battent selon leurs convictions et non pas les esclaves du maître d'un jour.

A lire également : Le cirque politique à Grand Bassin en images

Le roi Soleil et sa nouvelle cour à Grand-Bassin.

Le chef de Lakwisin et ses apprentis cuistots

Subashnee Mahadao Lutchmun Roy lavant les pieds des pèlerins à Grand-Bassin.
Subashnee Mahadao Lutchmun Roy lavant les pieds des pèlerins à Grand-Bassin.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.