Menu

Société

Collendavalloo : le rapport de la commission d’enquête Caunhye « est irréprochable »


Rédigé par E. Moris le Jeudi 22 Septembre 2022



Il n'y a pas d'amis en politique. Ameenah Gurib-Fakim espérait, au fond d'elle, un petit coup de main de la part de son copain Ivan Collendavelloo. Elle doit être déçue. Non seulement le petit coup de pouce n'est jamais venu. Pire, l'ancien Premier ministre suppléant a enfoncé son ancienne protégée.

Pour lui, le rapport de la commission d’enquête Caunhye « est irréprochable ». Dans plusieurs médias, écrits ou parlée, il met l'accent sur le fait que c'est un rapport de « trois juges d'expérience », que le document est « détaillé » et très documenté. Ivan Collendavelloo est même allé jusqu'à souligner que le rapport est écrit dans un langage clair et limpide.

Ivan Collendavelloo est aussi revenu sur la nomination d'Ameenah Gurib-Fakim à la présidence de la République. Il affirme que c'est sir Anerood Jugnauth qui avait suggéré qu'un membre de la société civile soit nommé... qui plus est de la communauté musulmane. Ameenah Gurib-Fakim réunissait toutes les qualités. Et d'insister qu'elle ne n'était pas membre du Muvman Liberater et n'était pas une politique. Dans une radio hier, Ivan Collendavelloo a été jusqu'à dire qu'il faut reconnaître que mettre des non-politiciens à la présidence de la République pouvait avoir des conséquences fâcheuses. Ah, Ivan Collendavelloo a précisé qu'il n'a jamais dit qu'il a regardé Alvaro Sobrinho dans les yeux et pouvait certifier qu'il était propre.

Jeudi 22 Septembre 2022


1.Posté par Chatwa le 22/09/2022 11:23
Éta mové sleeping chiwawa soi disant Ivan le terrible. To pa onté to ti un homme de principe, un homme d'honneur ki pa finne hezité démissionné dans le passé. Zordi to koma ene ploc ene rodère boutte ki fère militants onté. Tonne vanne to lame tonne vanne to l'honneur mové batchiara. To pou fini dans camion saletés kuma Pinok 19 ti crétin. Marké gardé.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.