Faits Divers

Club Med La Plantation d’Albion: corruption alléguée d'un officier du ministère du Travail

Jeudi 9 Août 2018

Club Med La Plantation d’Albion: corruption alléguée d'un officier du ministère du Travail
En octobre 2011, Reza Hussein Toofany était chargé de veiller au respect des lois du travail concernant les salariés étrangers dans la région de Rivière-Noire.

Le Club Med, employant pour la plupart des étrangers, n’était, alors, pas en règle avec toutes les dispositions des lois du travail. Il aurait offert ses services, à la direction du Club Med, en tant que consultant, moyennant une rémunération de Rs 13,500 pour trois mois.

Mais voilà, il s’agissait d’un travail pour lequel il était déjà rémunéré par l’Etat. Cela aurait duré deux ans.

Il aurait également sous louer des campements à des employés du Club Med à un taux bien supérieur durant cette période. 

Le Senior Labour and Industrial Relations Officer du ministère du Travail, a été inculpé ce jeudi devant le tribunal de Bambous par l’Independent Commission against Corruption (ICAC) pour «receiving gift for a corrupt purpose» sous l’article 15(a) de la Prevention of Corruption Act (PoCA), sur les recommandations du Directeur des poursuites publiques (DPP). 

La direction du Club Med d’Albion, dit avoir collaboré avec l’ICAC dans cette affaire. Le suspect a été dénoncé sous forme de lettre anonyme, c'est ainsi que l'enquête a démarré il y a deux ans.  

L'ancien responsable des Ressources humaines qui a donné son feu vert pour rémunérer l’inspecteur du Travail a été limogé à l’issue d’une enquête interne.

 

Rédigé par E. Moris le Jeudi 9 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.