Menu


Social

Clency Harmon entame son 14ème jour de grève de la faim


Rédigé par E. Moris le Mercredi 10 Avril 2019



Malgré l'avis de fortes pluies émis hier par la station de Vacoas, Clency Harmon a décidé de maintenir sa grève de la faim sur le parvis de l'église Immaculée Conception, à Port-Louis. 

Il entame son 14ème jour de grève de la faim ce mercredi 10 avril. Il réclame la mise sur pied d'une Land Court, dédiée aux cas d'expropriation de terres.

Trois ministres ont tenu une conférence de presse le 9 avril pour dire que le gouvernement ne sait toujours pas quelle instance créer alors que cela figure dans le manifeste électoral de l’Alliance Lepep en 2014.  

Ils ont demandé à Clency Harmon de stopper sa grève de la faim et ont insisté que le travail est en train d’être fait mais que la création d’une telle instance demande du temps. « Il nous faut du temps. Ce n’est pas une mince affaire que de créer un tribunal. Le travail est déjà en train d’être effectué et bientôt nous viendrons avec des recommandations », a déclaré la vice-Première ministre.  

Après le point presse,  Clency Harmon a décidé de poursuivre son combat : « Mo trouve sa impe pe badine, fer komik. Zot fin vin noye poisson… ». 

Hier mardi, le comité de soutien est appelé pour une réunion en urgence par la VPM en présence de Ken Arian, le conseiller du Premier Ministre. 

On les  informe que le Premier Ministre s'engage à mettre une structure en place avant la fin de son mandat et qu'ils serons informés des développements à venir. Aucune mention des demandes de Clency Harmon n'est faite.

Le comité de soutien demande que le gouvernement réagisse par écrit aux demandes de Clency Harmon. Non satisfaits de la tournure de la réunion, le Comité de soutien a préféré quitté la table des négociations et Clency Harmon encore plus déterminé à poursuivre la grève.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.