Menu

Société

Cigarette électronique : L’importation, la distribution et la vente sont interdites


Rédigé par E. Moris le Mercredi 18 Janvier 2023

La consommation de tabac fait chaque année quelque 8 millions de morts dans le monde.



Le vapotage consiste à inhaler des vapeurs créées par le chauffage à haute température du tabac.

L’importation, la distribution et la vente de cigarettes électroniques, de liquides avec ou sans nicotine et d’autres accessoires qui pourraient être utilisés avec ces appareils seront prohibées sur le territoire mauricien avec les nouvelles dispositions des Public Health (Restrictions on Tobacco Products) (Amendment) Regulations 2022, qui entreront en vigueur le 31 mai 2023

Son importation est toujours possible, mais uniquement pour la consommation personnelle et en petite quantité. La vente de ce produit est prohibée selon les Public Health (Restrictions on Tobacco Products) Regulations 2008. 

L’utilisation du « Shisha » ou « narguilé » sera contrôlée par les nouveaux règlements. Le produit est interdit aux enfants et l’importation et l’utilisation personnelle ne seront pas autorisées. Cependant, les hôtels 4 et 5 étoiles pourront importer le dispositif, le tabac qui est utilisé avec ou les accessoires tels que les tubes ou le charbon qui est utilisé pour chauffer le tabac.

Les «Water Pipe Smoking Areas» devront être en plein air sans aucune nourriture et boisson. Ils devront se situer environ dix mètres des portes d’accès, des fenêtres, de la ventilation ou d’un passage. Les enfants de moins de 18 ans n’y seront pas admis. 

Pour rappel, les six stratégies pour décourager l'usage du tabac sont les suivantes: contrôles de la consommation de ces produits et politiques de prévention, protection du public contre la fumée, aides pour cesser de fumer, mises en garde contre les dangers du tabac, faire respecter des interdictions de publicités, promotion ou sponsorisation, et enfin augmentation des taxes.
 

Mercredi 18 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.