Menu

Politique

Chaque pétition électorale est désormais une bombe à retardement


Rédigé par E. Moris le Vendredi 21 Janvier 2022



Concernant la pétition électorale au no 1, il semble que le mot d’ordre est de ne plus envoyer Irfan Rahman à la barre.

Rappelons que, mercredi, le représentant légal du commissaire électoral n’a pas voulu que son client dépose et soit contre-interrogé. Au no 10, la représentante d’Irfan Rahman, Sulakshna Beekarry-Sunassee, cadre du State Law Office, a déposé une motion. Elle demande que cinq des codéfendeurs dans l’affaire soient mis hors de cause.

Rappelons que Navin Ramgoolam réclame l’invalidation des résultats au no 10. Dans sa motion, le commissaire électoral demande que les deux autres candidats battus du PTr et les trois candidats battus du MMM ne soient plus parties prenantes à l’affaire. Ce qui fait qu’ils n’auront pas à déposer. Cela a fait bondir Me Gavin Glover, qui représente Navin Ramgoolam, et Me Reza Uteem, qui représente les candidats battus du MMM. Ils ont objecté.

Ce qui fait que la Senior Puisne Judge Nirmala Devat et le juge Patrick Kam Sing ont fixé les débats sur cette motion au mardi 8 février 2022.

Vendredi 21 Janvier 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.