Menu


Société

Chagos : Manifestations dans trois capitales le 22 novembre


Rédigé par E. Moris le Mercredi 20 Novembre 2019

Des manifestations afin de protester contre l'occupation anglaise aux Chagos est prévue dans trois capitales le vendredi 22 novembre : Maurice, la Grande-Bretagne et Washington D.C.



Un rapport est attendu le vendredi 22 novembre à l’Assemblée générale des Nations unies depuis le vote majoritaire, en mai dernier, enjoignant les Britanniques à restituer les Chagos à Maurice dans un délai de six mois. 

Le Groupe Réfugiés Chagos sera devant le Haut-commissariat britannique à la rue Edith Cavell, à Port-Louis, à partir de 10 heures ce vendredi, afin de maintenir la pression pour un retour des Chagossiens sur leur terre natale.

A Londres, vendredi, des Chagossiens établis en Angleterre, manifesteront au 10 Downing Street, siège du bureau du Premier ministre. Aux Etats-Unis, des étudiants de l’université de Washington protesteront devant l’ambassade britannique et y déposeront une lettre adressée au gouvernement sur l’occupation «illégale» des îles Chagos.

2 000 Chagossiens ont été forcés de quitter leurs îles.

Environ 2 000 Chagossiens ont été expulsés de force de l'archipel des Chagos dans l'océan Indien en 1960, après que le Royaume-Uni eut loué l'île principale, Diego Garcia, aux États-Unis pour l'utiliser comme base militaire.

Rappelons que dans un vote écrasant en faveur des droits des Chagossiens, l'Assemblée générale des Nations-Unis a voté par 116 voix contre 6, condamnant ainsi l'occupation britannique des îles Chagos, une défaite diplomatique cinglante pour le Royaume-Uni.

Le vote était en faveur d'une motion fixant un délai de six mois au Royaume-Uni pour se retirer de la chaîne d'île des Chagos et à la réunification des îles avec l'île Maurice voisine, selon le journal Guardian.

Les Chagossiens bénéficient du soutien de J  eremy Corbyn et du Labour Party britannique  .


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.