Menu

Société

Chagos : Le gouvernement trompé par sa MBC


Rédigé par E. Moris le Vendredi 13 Mai 2022

Au bureau du Premier ministre, l’on est offusqué. Apparemment, des têtes sont réclamées.



Ça n’arrive qu’à Maurice ! Alors que le gouvernement a fait voter une loi pour pouvoir traduire en justice toute personne qui publie ou diffuse une information dans laquelle une partie du territoire mauricien, entendez par là les Chagos, comme faisant partie du territoire britannique.

Pravind Jugnauth, qui pilotait la loi, est allé aussi loin jusqu’à préciser que ce délit, même si commis sur un territoire étranger, serait considéré comme ayant été commis sur le territoire mauricien. C’est-à-dire que les responsables pourraient être poursuivis à Maurice. C’est aller très loin ! Sauf que c’est la MBC elle-même qui a fauté.

 

Dans un reportage sur un séisme survenu non loin de Rodrigues dans le Journal télévisé de mardi dernier, des images d’une carte de la région ont été diffusée. Et figurez-vous que sur la carte, les Chagos étaient décrits comme « British Indian Ocean Territory » ! C’est une erreur évidemment. Les responsables ont pris une carte et étaient focalisés sur Rodrigues. Sauf que c’est une ancienne carte et non la nouvelle où les Chagos sont décrits comme territoire mauricien. Évidemment, cela a soulevé un tollé.

Au bureau du Premier ministre, l’on est offusqué. Apparemment, des têtes sont réclamées. Une enquête a été initiée par la MBC. Une journaliste et deux vidéastes sont concernés. Il semble que des sanctions seront prises. Les trois têtes vont-elles tomber ? Difficile à dire pour l’instant. D’autant que d’après la loi, votée par Pravind Jugnauth et son gouvernement, ils pourraient être poursuivis… même si cela n’a pas été fait de manière intentionnelle. Mais voilà la MBC sous l’ère Ramsurrun !

Vendredi 13 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.