Menu


Société

Caméra Safe City : Le port du masque « complique » la tâche de la police


Rédigé par E. Moris le Mercredi 22 Juillet 2020

La délinquance s'adapte avec l'épidémie de coronavirus et en tire même un avantage.



Depuis le déconfinement, les vols à l'arraché se multiplient, notamment dans la capitale. Les auteurs de ces délits portent des masques, ce qui rend difficile leur identification.

Depuis plusieurs semaines, les policiers sont confrontés à une nouvelle difficulté dans leur travail: le port du masque par les délinquants. Un bout de tissu sur le visage qui n'attire pas l'attention alors que le port du masque est recommandé par les autorités pour lutter contre le Covid-19.

Le mardi 21 juillet 2020, à l’Assemblée nationale, durant la tranche des questions au Premier ministre, Pravind Jugnauth a reconnu que le port du masque « complique » la tâche de la police.

Rappelons que depuis le début de la pandémie, il est obligatoire de porter un masque dans les lieux publics, si elle sert à protéger les citoyens de la COVID-19, elle complique surtout la tâche de la force policière. 

Répondant à une question du député travailliste, Osman Mahomed si le port du masque a un impact sur l’efficacité du réseau de caméras de surveillance du projet Safe City, le Premier ministre a avoué que « cela peut partiellement influer sur l’identification de suspects lors d’un exercice de reconnaissance faciale ».

Mais selon le Premier ministre, la police utilise d’autres outils permettant l’identification de suspects, et ce même s’ils portent des masques de protection. 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.