Menu


Société

Business lucratif : Un accouchement sur deux réalisé par césarienne à l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Vendredi 15 Janvier 2021



C’est un parcours bien connu des parents et futurs parents : dès la grossesse confirmée, ils partent en quête de la maternité où naîtra leur bébé. Mais sur quel critère choisir ? Généralement c'est du bouche-à-oreille, tel praticien est connu pour son taux de "records" de césariennes, d'autres pour sa tendance à opérer coûte que coûte en y mettant le prix.

Un accouchement sur deux est réalisé par césarienne à l'île Maurice dans les hôpitaux publics et les cliniques privées, soit un plus de 49% en 2014, loin des 10-15% requis par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). 

Et c'est deux fois et demi plus que dans les hôpitaux européens où le taux de césarienne avoisine les 20%. Ainsi l'année dernière, 49,2% des naissances ont eu lieu par césarienne. Dans les hôpitaux publics mauriciens, le taux de césarienne atteint 53,9% contre 62,1% dans les cliniques privées de l'île.

Le pourcentage de césariennes à Maurice est de 56% supérieur à la moyenne mondiale

Quelles sont les raisons d’un taux aussi élevé de césariennes ? Qui sont les médecins qui réalisent plus de césariennes ? Aucune évaluation malgré les chiffres qui ne cessent de grimper. Des 12 056 accouchements pratiqués en 2019 à Maurice, 56,4 % étaient par césarienne.

Cette habitude est lucrative aussi pour les obstétriciens du privé, payés à l'opération : la césarienne, programmable et rapide, est plus « rentable ». Il est clairement reconnu que dans des pays d’Afrique et Maurice ne fait pas l'exception que les taux de césariennes changent suivant le revenu de la personne. Les plus aisés ont recours à la césarienne dans la plupart des cas, alors que les bas revenus accouchent par voie naturelle. Finalement, dans certains pays, à force de pratiquer des césariennes, les obstétriciens ne  sont plus compétents dès qu’il s’agit d’un accouchement compliqué par voies naturelles. Et ceci est un vrai sujet qui inquiète le Congrès mondial de gynécologie. 

«Une pratique qui  n’est pas sans risque»

Selon certains professionnels de Santé « 75 % des césariennes sont effectuées inutilement » en raison de la jeunesse et du manque d’expérience pour les accouchements normaux de certains praticiens.  Pour d'autres, si une césarienne n’est pas sans risque, ils sont d’avis que les femmes ne sont pas suffisamment renseignées à ce propos.

La césarienne devrait être pratiquée uniquement pour des raisons médicales, ou en cas de détresse fœtale du bébé ou si la femme se trouve dans un état d’hypertension incontrôlable. Elle est une option si le bébé est sur le siège et que le bassin est trop étroit ou si le bébé a avalé sa selle. Elle est aussi choisie si la poche d’eau s’est rompue, afin d’éviter toute infection. 



 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.