Menu


Politique

Budget : les ténors entrent en scène


Rédigé par E. Moris le Vendredi 21 Juin 2019



Ce vendredi, c’est au tour des cadors d’intervenir sur le budget.

Ainsi, à la reprise des travaux parlementaires à 15h30, le ministre Nando Bodha a été le premier à intervenir. Lors de son intervention, il est revenu sur le projet  Metro Express. Il a révélé que 8 ressortissants étrangers (six Singapouriens, un Sud-Africain et un Indien) ont déjà été recrutés au poste de Train Captain.

Il a aussi indiqué qu’un simulateur a déjà été installé et permettra à huit Mauriciens de se former comme conducteur du métro. Il a aussi insisté qu’il n’y a pas de retard dans les travaux.

Après Nando Bodha, ce fut au tour de Paul Bérenger de prendre la parole. Il a déclaré que la situation économique est troublante. Il a évoqué les secteurs qui éprouvent des difficultés et a déploré le fait que les mesures contenues dans le Budget ne visent pas à adresser les problèmes. Il a aussi qualifié de « dangereuse » la tentation du gouvernement d’utiliser le Special Reserve Fund de la Banque de Maurice pour diminuer la dette publique. Enfin, il a indiqué que la partielle au no 7 relève du gaspillage des fonds publics.

Puis, ce fut au tour de sir Anerood Jugnauth de prendre la parole. Il a fait un détour historique, rappelant les critiques qu’il avait subies lorsqu’il a pris certaines mesures budgétaires. Il s’est notamment appesanti sur sa décision d’importer du riz de Taiwan lorsque le pays était en manque.

Il a aussi dénoncé les accusations qu’il s’agit là d’un budget « la bouche doux ». Il a insisté qu’en tant que Premier ministre, Pravind Jugnauth ne prendra pas le risque de faire un budget électoraliste au détriment de l’intérêt du pays.

Il est aussi revenu sur les critiques de « Premier ministre l’imposte ». Il a indiqué que la population ne vote pas un ministre ou un Premier ministre aux élections, mais les députés de sa circonscription. Et c’est en se basant sur la Constitution, a-t-il indiqué, que le président de la République nomme celui qui commande une majorité au poste de Premier ministre.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.