Menu

Société

Brutalité policière : « Pas de trial by the press », demande Me Penthiah


Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Juin 2022



L’avocat représente le constable Gokhool dans l’affaire ayant trait à la torture policière alléguée. Il était au tribunal de Pamplemousses hier où son client comparaissait. Tout en déclarant qu’il n’a pas l’habitude de faire des déclarations sur des affaires en cours devant la justice, il a toutefois parlé avec la presse.

« Nous allons coopérer avec la police », a déclaré Me Raj Penthiah. Et d’ajouter, à l’intention des médias, que tout le monde doit réaliser que dans un pays démocratique, où l’état de droit est présent, il ne doit pas y avoir de « trial by the press ». Puis, Me Penthiah a été plus clair : « Présentez vos informations de manière objective ! » Pour quelqu’un qui, apparemment, ne parle pas beaucoup, il a dit beaucoup.

Notons cependant qu’au sein du tribunal, Me Penthiah a invoqué un point intéressant. Il a déclaré que l’Independent Police Complaints Commission n’a pas le droit de demander la détention d’une personne ou son maintien en détention. Notons que Me Neil Pillay, qui représente le sergent Reedoye, s’est lui aussi adressé à la presse. Il a expliqué que la police et l’IPCC doivent prendre position sur la demande de remise en liberté sous caution de son client.

Soulignons que l’inspecteur Deroochoonee, le sergent Reedoye et les constables Purgas et Gokhool ont comparu devant le tribunal de Pamplemousses hier matin. Ils sont maintenus en détention. Cela, en raison d’une demande de renvoi du représentant de l’Independent Police Complaints Commission. Il a déclaré que le dossier du constable Purgas a atterri à l’organisme très tardivement et qu’il doit solliciter l’avis du DPP. De ce fait, le constable Purgas devra revenir jeudi pour sa demande de remise en liberté sous caution. Pour ce qui est du sergent Reedoye et du constable Gokhool, leur prochaine comparution a été fixée au 21 juin. Pour ce qui est de l’inspecteur Deroochoonee, les débats sur sa demande de remise en liberté auront lieu ce mercredi.

Mercredi 15 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.