Menu

Politique

Brutalité policière : Jugnauth prend connaissance de ce qui se passe après la diffusion des vidéos


Rédigé par E. Moris le Mercredi 1 Juin 2022

« Listen... As far as i know... I’m not aware... I don’t know. I will have to find out».



Pravind Jugnauth nous prend pour des imbéciles ou s'en est un. Cet air d'un éternel type qui ne sait rien pose problème, surtout lorsqu'il s'agit d'un Premier ministre et ministre de l'Intérieur.

Il serait donc au courant des palabres et commérages sur la vie privée de ses adversaires mais n'aurait aucune idée de ce qui se passe au sein de la force policière, malgré le rapport accablant du comité Lam Shang Leen rendu publique. Voila de quoi être inquiet. Ce n’est qu’après la diffusion des vidéos d’actes de torture qu’il a pris connaissance de ce qui se passe au sein de la force policière... Avec une naïveté désarmante, Pravind Jugnauth invité à l’occasion des célébrations de l’Eid ul-Fitr, organisées par la mairie de Vacoas-Phoenix, a déclaré « C’est vraiment choquant. Je trouve cela inacceptable si jamais des policiers ont agi de cette manière », faisant référence aux vidéos en circulation sur les réseaux sociaux où l’on aperçoit des hommes menottés et nus subissant des actes de torture et de viols en bande organisée par des policiers.

« L'enquête se fera dans la transparence. Ceux qui auront à répondre devant la justice devront le faire.  Nous devons connaître les faits. À quand remonte toute cette affaire ? À qui avait-on rapporté cette affaire ? Pourquoi rien n’a été fait ? ».

Ce mercredi 1er juin, Bruneau Laurette de son côté a annoncé porter plainte contre le Premier ministre et l’inspecteur Shiva Coothen, responsable de la cellule de communication de la police, qui aurait pris connaissance il y a deux ans de cela des vidéos. 
 

Mercredi 1 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.