Menu


Société

Bruneau Laurette évoque la thèse de l'usage d’explosifs pour le sabordage du MV Wakashio


Rédigé par E. Moris le Vendredi 28 Août 2020



A la veille de la marche du samedi 29 août, Bruneau Laurette s'est adressé à la presse pour faire le point.

Si il réclame la démission de ceux qui ont une part de responsabilité dans la fuite d’hydrocarbures du MV Wakashio avec des conséquences environnementales dans les lagons du Sud-Est, il demande aux membres du gouvernement qui ont fauté de « step down ou d’être révoqués ».

Accompagné de son avocat Sanjeev Teeluckdharry, il n'oublie de signifier que ce rassemblent et cette date est « historique », du fait de la forte mobilisation citoyenne locale mais aussi de la part de la diaspora.

Dauphins échoués sur le littoral Sud-Est. 

La thèse de la désorientation est privilégiée par les experts réunionnais pour la mort des dauphins. Un rapport préliminaire a écarté l'hydrocarbure. « Les résultats intermédiaires démontraient que les animaux n’avaient pas de traces d’hydrocarbures ni au niveau du système respiratoire, de la peau, de la gueule ou du ventre. L’estomac des cétacés autopsies était vide mais ils portaient de graves blessures au niveau des mâchoires ».

Des explosifs ont-ils été utilisés pour le sabordage du MV Wakashio ? 

Bruneau Laurette explique que cela aurait pu expliquer la mort des dauphins depuis mercredi. Il annonce des révélations ce samedi...

Quant à Me Sanjeev Teeluckdharry, il a qualifié Bruneau Laurette d’élément fédérateur et a demandé à tous les Mauriciens de ne pas rater le rendez-vous de l’histoire, demain à Port-Louis.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.