Justice

Bras de fer Yousuf Mohamed-Hervé Duval : ce qu’il faut savoir

Mardi 28 Août 2018

Une commission instituée par le gouvernement pour rétablir les faits dans l’affaire Ameenah Gurib-Fakim et sa décision de nommer une commission d’enquête en mars dernier. L'ex résidente du château était invitée à témoigner devant une commission d’enquête présidée par le juge Asraf Caunhye concernant la mise sur pied d’une commission d’enquête sur l’affaire Alvaro Sobrinho.


Le secrétaire du Bar Council, Me Yahia Nazroo, confirme avoir reçu les lettres d’Ameenah Gurib-Fakim et de Me Yousuf Mohamed.

En effet, Ameenah Gurib-Fakim avait addressé une correspondance au Bar Council pour se plaindre des propos de Yousuf Mohamed lors de son audition par la commission Caunhye, le 23 août dernier. L’ancienne présidente de la République accuse l’avocat d’avoir divulgué des informations couvertes par le secret professionnel et obtenues alors que le Senior Counsel la conseillait sur la mise sur pied d’une commission d’enquête.

Suite à la correspondance de Gurib-Fakim, Yousuf Mohamed a également écrit au Bar Council réclamant que Hervé Duval et Yanilla Moonshiram, tous deux les avocats d’Ameenah Gurib-Fakim en mars et devant la commission, se retirent. Pour l’avocat, ses deux confrères se trouvent dans une situation de conflit d’intérêts, étant eux-mêmes des témoins potentiels devant la commission Caunhye

Hervé Duval, président du conseil de l’ordre des avocats, a communiqué son intention de ne recevoir aucune correspondance sur ces deux plaintes et de ne pas participer aux délibérations du Bar Council à ce sujet.

Devant la commission d’enquête sur les agissements de l’ancienne présidente, Yousuf Mohamed avait estimé qu’il n’était pas tenu au secret de confidentialité puisque son ancienne cliente ayant choisi de divulguer leurs échanges devant le juge Caunhye.

Il aurait même proposer de fournir à la commission plusieurs documents établissant, selon lui, que l’ancienne présidente aurait souhaité l’utiliser pour régler ses comptes avec de précédents locataires de la State House.

Me Hervé Duval, SC, aurait répondu à l’express ce mardi :
 «Cet épisode est une pathétique tentative de dévier l’attention de ce qui s’est passé jusqu’ici devant la commission. Je ne me permettrai pas de jouer le jeu de M. Mohamed au détriment de l’attention que je me dois de porter aux affaires de ma cliente.» 
À la demande de Me Yousuf Mohamed pour qu’il se retire de la présidence du Bar Council, le temps de l’enquête, Me Hervé Duval a répondu qu’il évoquera cette question avec les personnes concernées «et qui n’incluent pas monsieur Mohamed».

À la question de savoir si c’est lui qui rédigera la plainte de sa cliente contre Me Mohamed, Me Hervé Duval répliquera, irrité :
«Croyez-vous que je vais déballer ce que je dis à ma cliente comme Yousuf Mohamed ?»
On espère que le petit tacle ne donnera pas lieu à une autre réplique. A moins d'exiger que çà s'organise sur un ring. 

Toute cette histoire, en plus de celles impliquant certains avocats aux trafiquants de droit, provoquent un doute chez le public. Le millier d’avocats qui exercent à l’île Maurice sont la risée de tout un peuple. Après les policiers, maintenant les avocats !

Ce sont les déclarations des uns contre les celles des autres, une véritable passe d'armes.

Au final c’est la population qui est livrée à elle-même et c’est ainsi qu’elle se fait une opinion biaisée sur les avocats.
 

Rédigé par E. Moris le Mardi 28 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.