Menu


Politique

Boolell ne veut pas changer de bureau et loge une action en Cour suprême


Rédigé par E. Moris le Samedi 22 Août 2020



Que voulez-vous, il y a des personnes qui sont attachées à leur bureau ! Outre le fait qu’Arvin Boolell pourrait être un peu fétichiste, sa plainte contre le Speaker et la Clerk de l’Assemblée nationale est très intéressante.

Évoquant l’interdiction qui lui a été faite de tenir une conférence de presse le jeudi 13 août à son bureau, les explications de Safina Lotun dans les médias et la lettre de la Clerk (Lotun) l’informant qu’il pourrait être appelé à changer de bureau, Arvin Boolell a décidé de s’en remettre à la justice.

Il affirme que cette décision est une « façon déguisée » de le museler et de l’empêcher d’exercer ses fonctions de leader de l’opposition. Il affirme qu’aucune mesure ne peut réparer le tort subi. De ce fait, il demande à la cour d’émettre un ordre pour déclarer les faits et actions du Speaker et de la Clerk de l’Assemblée nationale en violation à plusieurs sections de la Constitution.

Le même ordre, selon lui, doit déclarer la décision du 17 août, soit celle de le faire changer de bureau, comme étant nulle et non-avenue. Il réclame que le Speaker et la Clerk, à travers leurs agents et préposés, ne l’empêchent plus de jouir de la quiétude de son bureau. Il ne veut plus que l’accès lui soit interdit à son bureau et qu’il puisse y recevoir qui il veut, y compris la presse. Enfin, il ne veut pas que son bureau soit relocalisé ou qu’il doive changer de bureau. Il aime l’endroit et le bureau !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.