Menu



Politique

Boolell : « Le Président fera remonter nos inquiétudes à qui de droit »


Rédigé par E. Moris le Mardi 10 Août 2021



Les trois députés du PTr sont satisfaits de leur rencontre avec le président de la République. Arthos, Porthos et Aramis, soit Arvin Boolell, Patrick Assirvaden et Eshan Juman, se sont exprimés à l’issue de leur rencontre. Ils étaient devant le portail de la State House, qui a des allures de la porte de Versailles.

« Le Président nous a dit qu’il allait utiliser ses bons office pour faire remonter nos inquiétudes à qui de droit », a déclaré Arvin Boolell à deux reprises. Tant bien que mal, comme si beaucoup d’idées se bousculaient dans sa tête, le chef de file du PTr au Parlement a indiqué que cette rencontre avec le président Pradeep Roopun n’enfreint en rien le concept de séparation des pouvoirs. 

Il a ajouté que le chef de l’État est le garant de la Constitution et que c’est la raison pour laquelle il était important pour le groupe parlementaire rouge de venir lui exprimer ses vives inquiétudes concernant la gestion des travaux parlementaires. « Il a pris bonne note de ce que nous avons dit. Nous avons mis beaucoup d’accent sur la séparation. On ne peut agir de manière arbitraire, discriminatoire et disproportionnée », a ajouté Arvin Boolell. 

Et ce dernier de rappeler qu’il a déposé une plainte constitutionnelle dans laquelle il conteste son expulsion et sa suspension pour 8 semaines. 

De manière plus claire, Patrick Assirvaden a déclaré que cette visite des députés rouges à la présidence de la République montre l’importance que le PTr accorde au respect des paramètres institutionnels. « Nous considérons, et nous l’avons dit au Président, que nous ne pouvons effectuer notre job comme parlementaire. L’Assemblée nationale tombe dans la décadence », a déclaré le député Assirvaden. Il a ajouté que c’est une stratégie en deux temps dans le respect des institutions. « Arvin Boolell a déposé sa plainte devant les juges. Et là, nous sommes venus plaider notre cause devant une autre institution, c’est-à-dire la présidence de la République », a-t-il déclaré. 
Gageons que cela ne servira à rien.

Mardi 10 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.