Menu


Justice

Bonomally dit avoir payé Kistnen pour un travail qui n’a pas été fait et qu’il n’a pas vérifié s’il a touché un chèque


Rédigé par E. Moris le Mardi 23 Février 2021



C’est ce qui pourrait être définie comme la générosité ! Ou alors, payer sans compter ! Ce matin, le directeur de la compagnie Bo Digital a été appelé à la barre des témoins. Il a expliqué avoir rencontré Soopramanien Kistnen à deux reprises et l’avoir payé pour un travail qu’il n’a jamais effectué. Il a aussi expliqué le versement de Rs 600 000 à Neetee Selec. 

D’abord, Deepak Bonomally a expliqué que c’est début juin 2020 qu’il a rencontré Soopramanien Kistnen. C’était au bureau de Vinaye Appanah à La Louise. Kistnen cherchait du boulot. Deepak Bonomally, qui venait de décrocher un contrat du CEB pour la fourniture et fixation des conteneurs. Il a ainsi proposé un job à Kistnen. Les conteneurs en question, Bonomally les a achetés auprès de Neetee Selec. 

Mais cette compagnie venait tout juste d’être incorporée. Comment aviez-vous su qu’elle pouvait livrer des conteneurs ? Question logique de Me Azam Neerooa. À quoi Deepak Bonomally a répondu que c’est Ashvind Poonyth qui lui refilé cette information.

C’est pourquoi il a fait le virement bancaire sur le compte de la compagnie de Neeta Nuckched. Deepak Bonomally a déclaré qu’il a rencontré Soopramanien Kistnen une seconde fois le 8 juin. C’était pour lui faire une avance sur paiement de Rs 225 000 à travers un chèque mais aussi pou lui remettre une centaine de milliers de roupies. 

Au total, il aurait remis Rs 325 000 au défunt agent du MSM pour qu’il fixe les conteneurs en question. Mais le directeur de Bo Digital soutient que Soopramanien Kistnen n’a jamais effectué ce boulot. Il affirme aussi qu’il n’a jamais vérifié si Kistnen avait touché le chèque.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.