Menu


Politique

« Bon débarras », dit Ramgoolam dans sa réplique aux 5 expulsés


Rédigé par E. Moris le Samedi 1 Février 2020



À l’issue d’une cérémonie de dépôt de gerbes du PTr au monument des esclaves à Pointe-Canon ce matin, le leader du PTr a répliqué aux 5 expulsés.

Ainsi, après avoir évoqué « la liberté », qui est la plus grande chose qui soit, il est revenu sur les critiques émises par Yatin Varma, Raj Penthiah, Prateebha Bholah, Balkissoon Hookoom et Krishna Molaye. 

Ces derniers viennent d’être expulsés du PTr. Navin Ramgoolam a dressé le réquisitoire de chacun des 5, frappant en-dessous de la ceinture dans le cas de Varma. Il a déclaré que le PTr a des photos montrant Krishna Molaye assis à proximité de la plateforme du MSM.

Selon Yatin Varma, il n'y a pas eu de magouille électorale

Quant à Balkissoon Hookoom et Prateebha Bholah, il n’a pas donné des détails, se contentant de rappeler qu’ils ont accédé à des postes de responsabilité (ministre pour Hookoom et PPS pour Bholah) grâce à lui.

« Et maintenant qu’ils n’ont pas eu de ticket, ils trouvent que Ramgoolam n’est plus bon », a déclaré le leader du PTr. Concernant Raj Penthiah, Navin Ramgoolam a déclaré qu’il a été candidat indépendant. 

Mais le leader du PTr s’est appesanti sur le cas Varma. Il a rappelé que ce dernier est devenu député et Attorney General grâce à lui. Puis, il est revenu sur la décision de forcer Yatin Varma à démissionner comme Attorney General.

« Il n’est pas acceptable qu’une personne à ce poste agresse physiquement une personne suite à un accident de la route. Il est inacceptable aussi qu’il cherche à persuader la personne, avec champagne et fleurs et je ne sais quoi d’autre à retirer sa plainte », a-t-il déclaré. 

Il a ajouté que dans toutes les circonscriptions où il a demandé à Varma de travailler, la base ne voulait pas de lui. Et d’ajouter que Varma aurait proféré des « propos castéistes » à l’égard de Satish Faugoo.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.