Menu



Politique

Bodha réfléchit au droit de vote à 16 ans


Rédigé par E. Moris le Mardi 2 Novembre 2021



C’est une nouvelle qui mérite réflexion. Nando Bodha, leader du Rassemblement Mauricien, a annoncé qu’au sein de l’entente de l’Espoir, il y a un débat sur le droit de vote à 16 ans.

Il a fait cette annoncé vendredi, lors du lancement de l’aile jeune de son parti. Elle s’appellera, grande surprise, Jeunesse Rassemblement Mauricien. Nando Bodha a évidemment fait le service après-vente de cette annonce. Il a expliqué que le Rassemblement Mauricien se veut être à l’écoute de la jeunesse et qu’il faut que les jeunes s’impliquent afin de changer le monde et le pays.

D’où le fait que les très jeunes dirigeants de l’entente L’Espoir, soit Bérenger (76 ans), Duval (64 ans), Bodha (67 ans) et Bhadain (50 ans), discutent du droit de vote dès l’âge de 16 ans.

Alors, serait-ce pour toutes les élections ou pour les scrutins régionaux simplement ? La question fait débat. Mais le plus important, c’est que des politiciens ne font jamais rien pour rien. Si l’entente L’Espoir souhaite ramener le droit de vote à 16 ans, c’est qu’elle pense qu’elle peut séduire l’électorat jeune. Certes pas les dirigeants actuels ! Mais pourquoi pas une Joanna Bérenger qui a fait de l’écologie son principal thème de bataille ?

La stratégie n’est pas idiote. Le seul hic, c’est qu’il faut être au gouvernement pour le faire. Ce qui n’est pas le cas de l’entente qui veut, au contraire, obtenir les votes des jeunes pour conquérir le pouvoir. Ceux qui sont déjà aux affaires, et qui peuvent voter une telle loi, ont-ils intérêt à favoriser des adversaires ? À moins que l’entente ne réussisse à mobiliser l’électorat jeune avec la promesse de rabaisser le droit de vote. Mais les jeunes, à part sur les réseaux sociaux, veulent-ils ne serait-ce que faire l’effort d’aller dans un centre de vote ? C’est le serpent qui se mord la queue…

Mardi 2 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.