Menu

Société

BoM News : les détracteurs de Mardayah livrent ses petits secrets


Rédigé par E. Moris le Mardi 5 Octobre 2021



Qui en veut au no 2 de la Banque de Maurice ? Des captures d’écran de certaines conversations, supposément imputées à Mardayah Kona Yerukonundu, Deputy First Governor, ont circulé dans le pays.

Cela a suscité d’âpres débats, certains mettant en doute leur authenticité. Mais celui (ou celle) qui est à l’origine de ces « fuites » affirme que la teneur de ces conversations, Mardayah Kona Yerukonundu l’aurait tenue à Dhannesswurnath Thakoor. Ce dernier n’est autre que le directeur de la Financial Services Commission, dont Yerukonundu est le chairman. Difficile donc de prouver ces allégations ! 

Bank of Mauritius : le Bogosse, l'Inactif et l'Anguille

Cependant, un petit détail fait surface concernant le No 2 de la Banque de Maurice. Il est allégué que Mardaya Kona Yerukonundu aurait juré un faux affidavit en 1996 lorsqu’il a été called to the bar. Comment? Il est un fait que lorsqu’il est « called to the bar », on ne doit pas être un employé. Une personne doit démissionner de son poste pour le faire. Mais les mauvaises langues soutiennent que Mardaya Kona Yerukonundu n’aurait jamais officiellement démissionné. Il travaillait alors comme clerk à la Banque de Maurice. 

Son ou ses détracteurs évoquent aussi le fait que son fils a récemment décroché un job dans une banque commerciale. Ils ajoutent aussi que le fils de Yan Googoolye aussi a obtenu de l’emploi à la State Bank.

Est-ce éthique que l’enfant d’un haut cadre de la Banque de Maurice soit recruté dans une banque commerciale, lorsqu’on sait que la Banque centrale est l’organisme régulateur des institutions bancaires ? Comment savoir si c’est uniquement sur la compétence de la personne que le recrutement se fait ? Parce qu’on sait bien que les banques commerciales sont à cheval sur les principes … 

Mardi 5 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.