Menu



Société

[Billet d'humeur] Pravind Jugnauth, roi de l'opacité des affaires


Rédigé par E. Moris le Samedi 20 Février 2021



Comment est-on arriver à cette culture de l'opacité et le secret des affaires dans la gestion de l'Etat ? Ce n'est pourtant pas faute d'alerter.

Le 12 mai, la Rédaction de Zinfos Moris s'était interrogée sur le nombre de députés sur les bancs de la majorité parlementaire qui s'opposeront au Covid-19 Bill et Quarantine Bill. Deux projets de loi décriés par l'opposition, hommes de loi, syndicalistes, défenseurs des droits humains et citoyens. 

"Est-ce que la majorité entend-elle la voix du peuple ou va-t-elle suivre aveuglément les directives de Lakwisin ?"  Que décidera ces jeunes députés, vont-ils faire honneur à leur électorat en protégeant leurs droits ou tout simplement les trahir ? 

L'Histoire ne retient que l'engagement des hommes et des femmes qui se battent selon leurs convictions et non pas les esclaves du maître d'un jour. Et c'est ainsi que Tania Diolle, Subashnee Mahadao Lutchmun Roy, Dorine Chukowry, Sandra Mayotte, Teena Jutton ou mieux encore Alan Ganoo, Steven Obeegadoo, Gilbert Bablee, Kavi Doolub  entre autres sont entrés dans les annales de la honte.

A l’exception du gouvernement, les amendements de la loi, sont loin de faire l'unanimité. Le Covid-19 Bill n’est pas dans l'intérêt des Mauriciens et les députés de l'opposition et la société civile l'ont fait savoir.

Rappelons que ces projets de loi ont été débattus sur trois séances express afin d’amender 56 lois existantes dans le cadre de la pandémie et de l’après-pandémie. Mais selon toute vraisemblance c'est la façon dont le gouvernement va gérer le pays, après l’adoption de la loi omnibus, qui sera extrêmement grave, menant à de grandes dérives notamment celle de notre liberté.

Lors de la présentation en 2ème lecture de ces deux projets de loi: le Covid-19 Bill et le Quarantine Covid Bill, le 13 mai, Pravind Jugnauth a déclaré: « Il faut avoir recours à un esprit de sacrifice et de patience à tous les niveaux »

Combien de fois ne l'avons nous pas entendu demander aux Mauriciens dès le début de la crise de faire des sacrifices, puis se flatter de savoir gérer les fonds publics : « Sa kass fond public la, mo faire kuma dire li mo propre largent sa, mo bizin faire de sorte ki mo depense li bien ». 

Sauf que depuis, pour lui prouver le contraire avec l'éléphant blanc du complexe multi-sport de Côte d’Or, le Metro express ou encore Air Mauritius sous administration volontaire, sans compter la chute de la SBM, les caisses sont vides. Sans compter les magouilles au plus haut niveau de l'Etat pour s'enrichir alors que le pays était en confinement et ce contrat de Rs 400 millions au club de foot de Liverpool signé par un novice en tourisme et petit sherpa de Lakwisin.

Dette publique de Rs 320 milliards soit 65 % du PIB.

Le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth n'hésite pas à demander à tout le monde de faire des «sacrifices», alors que les élus bénéficient de salaires et  allocations indécents en cette période de crise. Leur contribution au fond de solidarité est considérée comme une insulte aux Mauriciens. En vacances parlementaires depuis mi décembre, les députés touchent près de Rs 150 000 par mois sans les allocations et privilèges. 

Samedi 20 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.