Menu



Un autre regard

[Billet d'humeur] Polémique des « élections générales» sous forme de « sondage » de la diaspora


Rédigé par E. Moris le Dimanche 16 Mai 2021



A l'île Maurice, c'est un art, il faut toujours que des petits malins jouent au malin. La voix de la diaspora mauricienne n'a pourtant jamais eu un tel écho depuis la catastrophe écologique qui a frappé le pays avec le naufrage du Wakashio. Des quatre coins du globe, les mauriciens se sont mobilisés pour montrer leur forte solidarité. Les manifestations citoyennes se sont déroulées en simultanée avec celles qui ont eu lieu dans la capitale ou encore à Mahébourg, avec ce mot d'ordre «BLD» et «BZD»...

C'est cette diaspora, qui à juste titre, a eu l'idée d'organiser des «élections générales» à l'ère du numérique. Une première qui fait effet de test. 

Comme dans tout évènement de cette ampleur, il est rassurant de constater qu'il y a eu des couacs. Ce serait un tel aveu d'échec pour le commissaire électorale Irfan Rahman ! Imaginez donc, ce dernier, malgré ses nombreuses années d'expérience sur le terrain et l'armada financier et humain mis à sa disposition, est toujours capable de faire enregistrer les morts, de faire en sorte que des bulletins de vote se retrouvent dans la nature et pire...des contestations électorales sont déposées à la pelle, à la Cour suprême pour fraude, tricherie et magouille !

Tuer dans l'oeuf toute initiative de cet ordre c'est faire preuve d'une grande imbécilité

La diaspora mauricienne se voit priver du droit de vote alors qu'elle contribue grandement au rayonnement du pays à l'étranger et apporte un soutien financier conséquent tant au niveau économique et sociale. Lui donner l'occasion de s'exprimer est un petit pas qui a du sens n'en déplaise aux biens pensants et pseudo observateurs politiques. Alors que des Bangladeshis ont le droit de vote, les Mauriciens dont leur nombril est enterré sur leur terre natale se voit refuser cette légitimité de participer aux élections.

La théorie du complot 

L'élection numérique a montré ses limites ou ses failles, notamment lorsqu'il a fallu selon les organisateurs prolongés de quelques jours le vote en raison de problème «technique». Pour autant vouloir enlever la petite victoire du Parti Travailliste qui aurait obtenu plus de voix, sous des prétextes fallacieux est un déni de démocratie. Qu'on le veuille ou non, ceci reflète l'état d'esprit de cette élection sous forme de sondage ! On ne peut imputer à Navin Ramgoolam tous les maux de la Terre parce qu'il est toujours leader de son parti. Insinuer que ces votes, avec sa marge d'erreur et sa faible participation, seraient invalides pour satisfaire ou conforter le régime au pouvoir qu'ils sont plus forts que jamais est illusoire. 

Entre mauvaise foi et rancune tenace

Faire accroire que ce n'est que le Parti travailliste qui a jugé utile de mobiliser ses troupes relève de la mauvaise foi si ce n'est de la démagogie à la petite semaine. Le plus drôle c'est d'observer les anti-Ramgoolam à l'oeuvre dans une communication des plus féroces, alors que ce dernier -pour une fois- n'a pas demandé à être populaire. Le signal envoyé par la diaspora pourrait être bien plus subtile que ces petits taiseux dévoilant leur rancune et inimitié.

A travers les différents pays à l'étranger où ont immigré les Mauriciens depuis deux ou trois générations, il faut savoir que ces derniers n'ont pas besoin qu'on leurs servent la soupe que Ramgoolam gardera son fauteuil de leader ad vitam eternam. lls ont cette vacuité de réfléchir et cette faculté d'anticiper l'avenir, avec la conscience que le changement se fera. C'est inévitable pour le renouveau du parti. Chacun le sait, Ramgoolam le sait, tout le monde le sait. Mais mieux vaut laisser penser le contraire...

Ces ainsi que ces« élections générales » sous forme de sondage en ligne font grincer les dents de quelques louveteaux, toujours prêts à mordiller sur un os ! Donner l'impression que vainqueur, si vainqueur il y a, au vu des indécis, que X est devenu le Roi de Facebook, peut faire rire une certaine cour et détourner volontairement l'attention sur ce que réclame les Mauriciens installés à l'étranger : le droit de vote. Un enjeu qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le régime au pouvoir. Fort heureusement personne n'est dupe !

Dimanche 16 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.