Menu

Politique

[Billet d'humeur] Les caprices de la ministre Kalpana Koonjoo Shah au Parlement


Rédigé par E. Moris le Mardi 19 Juillet 2022



Faut-il en rire ou pleurer ? La ministre de l'Egalité des genres qui a été prise en flagrant délit de proférer des propos «injurieux» au sein de l'assemblée nationale ou encore de dormir, a refusé de répondre à une question de Joanna Bérenger sur le Gender Counrty Profile.

Selon Kalpana Koonjoo Shah, la députée mauve doit d’abord présenter « ses excuses inconditionnelles à toute la nation. » Rien que ça ! C'est à se demander si la ministre est payée par les contribuables pour régler ses comptes personnels ou répondre des actions de son ministère. A quoi bon venir au Parlement si c'est pour faire des caprices ? 

En vacances parlementaires, la ministre Kalpana Koonjoo Shah s'offre un voyage à Dubaï

Rappelons que Kalpana Koonjoo-Shah, qui a des problèmes avec les micros, lors des débats sur le Mental Health (Amendment) Bill, avait été entendu déclarée : “Mister Speaker Sir… BOU** TO L*K* P****". Depuis, Kalpana Koonjoo-Shah se défend et jure de ses grands dieux ne pas avoir tenue des «propos inappropriés», parlant de «vidéo manipulée» de la part de l’opposition et de la presse. Mais nombreux se posent la question comment une vidéo peut être manipulée en direct sur la chaine  Parliamentary TV et retransmise sur la MBC et repris par les différents médias.

Toujours la même ministre qui samedi dernier, dans un exercice de démolition aurait reçu un mystérieux appel, pour qu'elle n'oublie pas un des propos de la députée MMM, Joanna Bérenger au Parlement : «guett zot, zot couma bann zako » . C'est sa collègue Dorinne, qui d'une main lui a rappelé que les micros étaient ouverts...

Mardi 19 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.