Menu

Opinion

[Billet d'humeur] La majorité gouvernementale complice de la fin de la démocratie à l'île Maurice


Rédigé par La Rédaction le Mercredi 6 Juillet 2022



Le vendredi 13 mai, à 22h45, la majorité gouvernementale avait scellé le sort du pays en refusant la motion de blâme déposée par le leader de l'Opposition, Xavier Luc Duval contre le gouvernement de Pravind Jugnauth : « This Assembly has no confidence in the Government ».

Les opposants ont chargé la majorité et les fidèles de Jugnauth ont défendu leur poulain bec et ongles… histoire de montrer qu’ils méritent une nouvelle investiture aux prochaines élections tout en préservant leur bouchée de pain. Au final, la motion de blâme est tombée. Ce n’est pas que le gouvernement méritait de rester au pouvoir ! Il est l’un des plus incompétents jamais vu, mais il a la majorité.

Pravind Jugnauth, était à son image. Jugnauth, tel un paon dans un zoo, il n'a cessé de fanfaronner. Il est allé jusqu'à ajouter que « le peuple sait qui sont ceux au pouvoir qui ont ruiné le pays et mis la population dans une situation de vulnérabilité et ont hypothéqué l’avenir de la nation. Ces mêmes individus, qui ont mis le pays à genoux, osent aujourd’hui nous pointer du doigt ».
 
Et d'ajouter : «Les vrais démocrates sont de ce côté de la chambre», tout en concluant : « Ce gouvernement adhère pleinement au principe de la démocratie, à l’État de droit, à la protection des droits, à la liberté ainsi qu’aux élections libres et équitables ». « La démocratie n’est en aucun cas en danger à Maurice comme veut nous le faire croire l’opposition », avait soutenu Pravind Jugnauth.

Mais la donne a changé avec les récentes révélations de l'ancien CEO de Mauritius Telecom. Il en va de la sécurité nationale, de la liberté et des droits des Mauriciens. Ceux qui clament à tout va d'être bien meilleurs "patriotes" que les autres, ont un devoir de le prouver. Vont-ils cautionner les graves atteintes de la démocratie ? Elu par le peuple pour le peuple, il y a quelque chose d'inquiétant de voir tant d'immobilisme de la part de ces jeunes formant une génération qui voulait faire de la politique autrement. Que dire des seniors de la politique, de Obeegadoo à Ganoo ou Collendavalloo ? Rejoindre un parti longtemps honni et participer à la fin de la démocratie ? Il y a la morale, les principes et les convictions. L'heure est arrivée où chacun à une responsabilité face à l'Histoire. 

Mercredi 6 Juillet 2022


LES PLUS LUS EN 24H