Menu

Société

[Billet d'humeur] Ils sont cons… ces conseillers de Port-Louis


Rédigé par E. Moris le Samedi 11 Juin 2022



Des ânes ! Non, des bourrik à la mairie de Port-Louis ! Un journaliste avait posé une question pertinente lors d’une émission radio sur la situation des courses hippiques. Il avait dit que la mairie de Port-Louis avait décidé de reprendre les « concessions et privilèges » accordés au Mauritius Turf Club parce qu’elle était privée de revenus en raison du retard du démarrage de la saison hippique.

Le journaliste souligne qu’en rendant le terrain à l’État, qui l’a confié à une autre entité au nom pompeux de Côte d’Or International Racecourse and Entertainment Ltd, la mairie s’est tiré une balle dans le pied. Quels revenus va-t-elle obtenir désormais ? Et dire que des conseillers municipaux de Port-Louis ont voté pour se faire hara-kiri ! Il n’y a qu’à Maurice que cela existe. Surtout que tout cela intervient à un moment où la mairie de Port-Louis annonce que ses finances sont dans le rouge.

En effet, dans son rapport annuel, qui vient d’être publié, la direction souligne que « les déficits persistants et les coupures budgétaires drastiques » durant cette dernière décennie ont directement réduit son champ d’action en ce qui concerne les travaux et les services. D’ailleurs, les revenus générés lors de l’année 2019/2020 se sont révélés nettement inférieurs à ce qui était prévu, soit Rs 50,6 millions contre Rs 65,6 millions. Même concernant les frais de location, la mairie de Port-Louis n’a engrangé que deux-tiers de la somme prévue. Elle comptait sur Rs 47,6 millions mais n’a obtenu que Rs 30 millions.  Même pour ce qui est des permis, la mairie de Port-Louis n’a récolté que Rs 7,2 millions contre une somme attendue de Rs 9,2. La mairie est dans la mouise. Ce qui fait, selon le rapport, qu’elle va devoir réduire ses services mais aussi et surtout diminuer la qualité.


Samedi 11 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.