Menu



Un autre regard

[Billet d'humeur] Allez au diable Yogida !


Rédigé par E. Moris le Mardi 15 Juin 2021



Cher Yogida, il est l’heure. L’heure de choisir. L’heure de mettre en adéquation vos paroles avec vos actes, votre ambition avec votre emploi du temps. Car, à continuer vos allers-retours en cours de justice, vous êtes en train de vous abîmer et nous faire perdre du temps et de l'argent.

A continuer cet entre-deux (un pied dans le gouvernement, un autre dans les temples), vous ne rendez service à personne. Il est l’heure de faire preuve d’un peu de courage. En tant que patriote, allez prier ailleurs. Sur le terrain vague derrière un cimetière avec vos "grands frères poussari", chez votre amie d'enfance ou chez vous, mais de grâce évitez d'allumer des cierges ou d'embaumer l'air avec vos agarbatti ! 

Sans vouloir vous contredire, vous n'avez aucune légitimité pour vous offrir un "congé politique" tout en pompant l'argent des contribuables. Votre nouvelle Porsche est le reflet d'un frondeur. Dans une entreprise privée, il y a bien longtemps que vous auriez pris la porte pour insubordination et abandon de poste. Alors, si vous avez un peu de suite dans les idées (et vous en avez, à force de prier...), laissez passer quelques heures après ce billet d'humeur (il n'est jamais bon de donner l'impression de réagir à la presse) démissionnez.

Vous faites fait la Une de l'actualité éclipsant malgré vous, le Budget et les affaires de l'Etat. Chacun a conscience que les révélations en Cour de Moka sont graves et que d'une manière ou d'une autre, il faudra partir. Le soutien indéfectible de votre colistier dans la circonscription n°8, s'effrite de jours en jours, malgré avoir mené sa propre enquête. N'attendez pas que votre Premier ministre, Pravind Jugnauth, l'homme de "principes", exige votre démission ou votre mise à pied en tant que député le temps de l'enquête. Il en a assez fait, ayez un peu de dignité ! D-E-M-I-S-S-I-O-N-E-Z ! 
 

Mardi 15 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.