Politique

Bérenger : « Même avant le coronavirus, on allait vers un crash économique »

Samedi 7 Mars 2020

Le pays allait droit dans le mur, même avant l’épidémie, a déclaré Paul Bérenger en conférence de presse ce matin.

Le leader du MMM a expliqué que la situation s’est détériorée par la suite. Mais, a-t-il souligné, « les petites économies de Pravind Jugnauth » relève de poudre aux yeux. Elles visent, selon le leader du MMM, à occulter le fait que le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui devait être l’invité d’honneur des célébrations de l’indépendance ne viendra finalement pas. 

Paul Bérenger a aussi demandé aux autorités de faire très attention avant de prendre toute décision concernant les passagers en provenance de France. « La France, c’est 300 000 touristes. Il faut donc bien réfléchir avant de prendre toute décision. Même, s’il est vrai, que la santé de la population est primordiale », a-t-il déclaré. Le leader du MMM explique que la situation va se détériorer en France, mais il explique qu’aucun touriste ne viendra dans un pays s’il doit passer deux semaines en quarantaine.
 
Paul Bérenger a aussi évoqué la situation à Air Mauritius. Il a déclaré que « c’est le plus mauvais moment » pour pousser le Chief Executive Officer d’Air Mauritius à la démission. Pour lui, cette décision était inévitable après la décision du gouvernement de nommer Sherry Singh à la tête du comité chargé de redresser Air Mauritius. Pour lui, cela équivalait à une « motion de blâme ». 

Pour Paul Bérenger, Air Mauritius en danger de crash et il est du devoir du gouvernement de bien choisir le nouveau CEO. « Il ne doit pas être un copain, une copine ou en provenance de la kwisinn », a-t-il affirmé. 

Paul Bérenger a aussi demandé à la State Trading Corporation de saisir l’opportunité que constitue la dégringolade du prix du pétrole.

Rédigé par E. Moris le Samedi 7 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.