Menu

Politique

Bérenger : « Il y a 4 bombes à retardement »


Rédigé par E. Moris le Samedi 7 Mai 2022



Pour le leader du MMM, le gouvernement est en train d’hypothéquer notre avenir. Mais en premier lieu, il a évoqué la motion de blâme qui figure à l’agenda de la séance parlementaire de ce mardi. « J’espère qu’il n’y aura pas de mesquinerie de la part du gouvernement en faisant intervenir les députés à des heures indues », a-t-il déclaré. Paul Bérenger a ajouté que les dirigeants de l’Espoir vont se rencontrer lundi pour coordonner leurs actions au Parlement. 

Évoquant les diverses et récentes hausses, il a rappelé que l’opposition a depuis un moment réclamé le retrait des taxes sur le diesel en particulier. « Cela a des répercussions sur la majorité des produits », a-t-il souligné. Pour lui, chaque jour un peu plus, le gouvernement est en train d’hypothéquer l’avenir du pays et des enfants mauriciens. Il a évoqué quatre « bombes à retardement » que le prochain gouvernement aura à déminer. La première, selon lui, est la dette publique qui, « pour la première fois à Maurice, a dépassé 100% du produit intérieur brut »

La deuxième bombe est tout le système de pension et sa Contribution sociale généralisée. « Il y a tout un terrain miné », a-t-il déclaré. La troisième bombe est l’électricité. « Nous allons vers la catastrophe. Il n’y a aucune planification. Même pas de réflexion », a-t-il déclaré. Il a expliqué que l’objectif du gouvernement est d’éliminer le charbon d’ici 2030. « Mais on ne fait pas cela du jour au lendemain », a-t-il souligné. 

Enfin, il y le Metro Express. « C’est un trou sans fonds… Il n’est pas rentable », a-t-il indiqué. Sur ce plan aussi, nous allons vers la catastrophe. Cela, alors que ce projet, selon Paul Bérenger, aurait pu être un succès s’il avait été fait correctement. 

Sur l’affaire Uricek, Paul Bérenger a dénoncé « une extradition déguisée ». Pour lui, il est clair que le Slovaque est un dangereux trafiquant de drogue et que l’objectif n’est pas de le défendre. Pour lui, un tel personnage n’aurait jamais dû pouvoir mettre le pied sur le sol mauricien « si l’EDB et le gouvernement avaient fait correctement leur boulot ». Néanmoins, a-t-il ajouté, la façon dont le gouvernement et la police ont géré cette affaire est inacceptable. « L’image de Maurice a été ternie », a-t-il ajouté. Pour lui, Pater Uricek « n’est pas le seul trafiquant ni le seul financier malpropre » à avoir pu pénétrer sur le sol mauricien. 

Paul Bérenger a rappelé qu’il y avait une procédure d’extradition contre le Slovaque, mais face aux obstacles devant la justice, le gouvernement a choisi de passer l’Immigration Act pour pouvoir le faire quitter le pays. Pour lui, il s’agit d’un cas d’extradition déguisée. « C’est un badinage. On dit qu’il n’a pas été déporté. Mais la police mauricienne a pris le bougre pour le remettre à la police slovaque », a-t-il déclaré.

Samedi 7 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.