Politique

Bérenger : « C’est un coup dur pour le MMM »

Samedi 9 Novembre 2019

On ne change pas les vieilles habitudes, le leader du MMM, les élus mauves et les principaux dirigeants étaient face à la presse ce samedi pour une première analyse des résultats du scrutin 2019.


« Ce GM a été élu avec seulement 36% des voix »

D’emblée, le leader du MMM a fait ressortir que même si l’Alliance Nationale a obtenu une majorité de sièges à l’Assemblée, ils n’ont récolté que 37% des voix. Bien qu'il donnera le temps au gouvernement de réaliser ses promesses, il a lancé un appel au nouveau gouvernement pour demander aux élus de ne pas gouverner avec arrogance. 

« Ces élections représentent un coup dur pour le MMM»

Dans un autocritique rare, il a concédé que «c’est un coup dur pour le MMM» mais affirme que son parti est victime de nouveau du «système électoral qui a joué contre le MMM».

Le leader du MMM a fustigé le «money politics et la campagne de propagande infecte» menée par ses opposants. Il a aussi dénoncé «la propagande condamnable de la MBC (Mauritus Brodcasting Corporation)» pendant la campagne électorale».

Paul Bérenger s’est aussi dit prêt à remettre son leadership en question en temps et lieu, le leadership du parti sera remis en question et les militants seront appelés à voter pour renouveler les instances du parti.

Est-ce que le MMM rejoindra le gouvernement ?

Paul Bérenger n’a pas répondu à la question, affirmant qu’il ne faut pas «désorienter la population» et qu’il faut laisser la situation «settle down», rappelant par la même occasion que ce n’est pas un hasard que l’Alliance Morisien s’est appuyé sur des anciens du MMM, notamment Ivan Collendavelloo, Alan Ganoo et Steeve Obeegadoo, pour conforter leur position. Rappelons que le MMM a fait élire de son côté huit députés qui irons au Parlement.

« J’avais prévu la défaite de Ramgoolam »

Le leader du MMM dit prendre note de la défaite de Navin Ramgoolam au no 10 et souligne qu’il avait prévu cet échec. Selon lui, avec la décision du leader du PTr de changer de circonscription allait avoir des conséquences. Le leader mauve dit « donner du temps au temps » et attendre comment le PTr va gérer cette situation.

«Cafouillage de la Commission électorale»

Le leader des mauves est revenu sur le nombre important de personnes qui n’ont pas pu accomplir leur devoir civique en allant voter.  Il a critiqué la Commission électorale «pour sa lenteur lors du dépouillement des bulletins de vote» et a mis en cause la responsabilité du gouvernement car des examens du School Certificate (SC) ainsi que du Higher School Certificate (HSC) se tenaient le jour de l’élection et du dépouillement.

 

Rédigé par E. Moris le Samedi 9 Novembre 2019


1.Posté par zimpos le 09/11/2019 19:19 (depuis mobile)
Encore 5 ans à gratter son k. Et critiquer le pouvoir. Von Mally bis.
Combien sont ils payés ces "dissidents" éternels ?

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.