Politique

Bashir Jahangeer : «On devrait boycotter commercialement les pays qui n'ont pas soutenu Maurice sur le dossier Chagos»

Samedi 8 Septembre 2018

Ces réunions nocturnes, on ne le dira jamais assez sont en train de devenir une farce si ce n'est un show où chacun tire à boulets rouges quitte à s'éclabousser !


Bashir Jahangeer : «On devrait boycotter commercialement les pays qui n'ont pas soutenu Maurice sur le dossier Chagos»
Quand ce n'est pas lors des conférences de presse ou des inaugurations à travers l'île, d'une crèche ou d'un parking. On peut compter sur les membres du gouvernement pour se ridiculiser à la hauteur du niveau de l'opposition, dans une compétition sans égale.

Bashir Jahangeer :
«On devrait boycotter commercialement les pays qui n'ont pas soutenu Maurice sur le dossier Chagos»
Le député du parti Soleil, Bashir Jahangeer, dont on soupçonne que les neurones ont cramé dans le désert saoudien, vient de nous pondre, lors d'une réunion de l'alliance gouvernementale au Village Hall de Rivière-des-Anguilles, vendredi 7 septembre, une énormité.

Le député de la circonscription no 13 (Rivière-des-Anguilles/Souillac), n’hésite jamais à prendre position sur des sujets d’actualité, ni à questionner des ministres sur leurs dossiers.

Pour autant il a justifié son appel au boycotte, cette fois-ci, sous prétexte que ces pays (les Etats-Unis, l'Australie, l'Allemagne et l'Israël) ont «fait preuve d'un manque d'humanisme»

Les Etats-Unis, l'Australie, l'Allemagne et l'Israël sont parmi les pays qui n'ont pas soutenu la cause mauricienne devant la Cour internationale de Justice (CIJ) à La Haye, aux Pays-Bas, où les auditions sur le dossier Chagos se sont tenues du lundi 3 au jeudi 6 septembre.

Ces auditions ont eu lieu dans le cadre de l'avis consultatif demandé par l’Assemblée générale des Nations unies sur les implications légales de l’excision des Chagos du territoire mauricien en 1965.

Rédigé par E. Moris le Samedi 8 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.