Menu

Régions Océan Indien

Base militaire indienne à Agaléga : le mensonge d'Etat de Pravind Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Lundi 19 Septembre 2022

Il est temps d’en finir avec le terme « base militaire secrète » que construit l’Inde sur l’île nord d’Agalega. Elle n’a plus rien de secret, compte tenu du nombre de publications dans la région qui évoque le soi-disant développement infrastructurel que nous fait cadeau Mother India.



@ Ras Koko Franco
@ Ras Koko Franco
Après le chercheur Samuel Bashfield dans The Interpreter, avec à l’appui des images satellite des infrastructures en question, Prakhar Gupta, du magazine Swarajya, a aussi ajouté son grain de sel. Il évoque la nouvelle piste d’atterrissage que l’Inde construit sur l’île d’Agalega, et laisse entendre qu’officiellement, c’est pour permettre à des Airbus et des Boeing dernier cri de s’y poser. En fait, c’est aussi et surtout pour le P-81 indien. Il s’agit d’un avion de surveillance maritime long courrier. 

Mais l’accord conclu en 2015, souligne l’auteur de l’article, portait aussi sur la construction de facilités portuaires ainsi que des hangars et bâtiments pouvant abriter toutes sortes d’installations de communication et de surveillance. Après la piste d’atterrissage et le port, un terminal et des tours de contrôle pour la surveillance du trafic aérien et maritime seront les prochains à être concrétisés.

L’Inde prévoit aussi l’installation d’une unité de désalinisation, un système de tout-à-l’égout et un système de fourniture d’électricité, entre autres. Rappelons que la base d’Agelega permettra à l’Inde d’accroître sa présence dans une zone où elle n’était pas trop visible. 

Alors que le Premier ministre dément toujours un projet militaire à Agaléga, les habitants de l’île sont de plus en plus inquiets par l’immense chantier indien. Malgré de multiples appels à la transparence sur ce dossier, Pravind Jugnauth campe sur ses positions. Il ne bougera pas d’un iota. Pas question de rendre public l’accord entre l’Inde et Maurice sur Agalaga. Au Parlement,  Pravind Jugnauth a déclaré qu’il n’y a aucun accord visant à faire d’Agalega une base militaire. Il a aussi insisté sur le fait qu’il y a une clause de confidentialité dans le document. De ce fait, il restera secret. Mais concernant l’utilisation des infrastructures en construction, le Premier ministre a déclaré qu’elles seront gérées par les autorités mauriciennes. Mais est-ce que des appareils militaires pourront les utiliser ? À cette question, Pravind Jugnauth a déclaré qu’il n’y a rien d’inédit à ce que des appareils militaires se posent à Maurice ou à Rodrigues. Ils n’ont qu’à suivre la procédure. Il a d’ailleurs annoncé que depuis 2014, 94 avions militaires français ont atterri à Maurice.

Depuis la résistance s'organise à travers des manifestations. Les habitants de l'île, mais aussi Franco Poulay, figure de prou, était devant l'ONU, à Genève en Suisse, pour défendre sa cause et la militarisation de son île. Il réclame au nom de son peuple que l'accord entre le premier ministre indien Narendra Modhi et le premier ministre mauricien Pravind Jugnauth soit rendu public comme cela a été le cas aux Seychelles en 2018. L'ONU a aussi été alerté sur les nombreuses atteintes aux droits humains les plus élémentaires et fondamentaux à Agaléga où les femmes ne peuvent plus accoucher sur l'Ile. 

Pour Ivor Tan Yan, juriste et négociateur au service des Agaléens : "Le gouvernement ment à la population concernant la réalité du projet et surtout le plus grave endette le pays auprès de l’Inde. Notre plus gros bailleur, c’est l’Inde". Il estime que l'île Maurice est, financièrement dépendante de l'Inde.

 

Lundi 19 Septembre 2022


1.Posté par Caro le 19/09/2022 19:42
Le jugnaut largue Agaléga aux indiens et veut prendre Tromelin à la France et récupérer les Chagos…. il joue au petit Poutine ce bouffon???

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.