Faits Divers

Bande sonore chez les Jugnauth : Le procès reprend ce vendredi

Lundi 5 Novembre 2018

Seetulsing Meetoo aurait publié et partagé, le 20 décembre 2016 à St-Croix, par le biais de son téléphone portable, un clip vidéo accompagné de commentaires désobligeants à l’égard du Premier ministre.

L’accusé  aurait récidivé le même jour en partageant une vidéo intitulée «micro caché cot SAJ», accompagnée de commentaires à caractère insultant à l'égard des proches du Premier ministre. Il aurait par la suite posté une troisième vidéo intitulée «micro caché cot Sir Anerood Jugnauth. Kobita Jugnauth».

Le jeune homme avait été arrêté suite à une enquête policière puis relâché le même jour. Le procès a été logé en Cour intermédiaire le 26 décembre 2017.

Il est poursuivi sous une charge de «using an information and communication service for the purpose of causing annoyance to another person». Il a plaidé coupable à cette infraction à la Information and Communication Technologies Act en Cour intermédiaire le vendredi 7 septembre. L’accusé a retenu les services de Me Neelkanth Dulloo.

Le procès a été renvoyé au 9 novembre. La raison étant que l’enquêteur qui avait enregistré les dépositions de l’accusé a brillé par son absence en cour intermédiaire.

L’affaire sera donc entendue à nouveau ce vendredi devant la magistrate Niroshini Ramsoondur. Six témoins devront être auditionnés lors du procès. Notamment cinq officiers de police.

Mise à jour : Pravind Jugnauth n'est pas cité comme témoin.


A noter que la bande sonore avait également été diffusée lors de deux réunions de la défunte alliance PTr-MMM peu avant les législatives de décembre 2014 . La police avait procédé à l’arrestation de Raj Pentiah et de Mahen Utchanah, deux membres du Parti travailliste, dans cette affaire. Avant de les relâcher sans aucune charge retenue.

Rédigé par E. Moris le Lundi 5 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.