Menu



Environnement

Bambous: le projet d’aquaculture de Growfish ne verra pas le jour


Rédigé par E. Moris le Dimanche 23 Mai 2021



Le projet d’aquaculture au large de Bambous, envisagé par Growfish International Mauritius Ltd, ne verra pas le jour.

Une plainte couronnée de succès, visant à annuler la licence EIA émise en faveur du projet de Growfish d'élevage de poissons dans la mer à Bambous, projet soutenu par le Min. de l' Environnement, le Min. de la Pêche le Min. du Tourisme. Rappelons qu'à la suite d'une plainte, le tribunal de l'Environnement avait tranché en faveur de l’Association des hôteliers et restaurateurs de l’île Maurice (Ahrim) ainsi que la Sea Users Association contre le projet de Growfish International à Rivière-Noire, Tamarin et Le Morne.

Prem Koonjoo et les dents de la mer

Il s'agit d'une plainte de la Sea Users Association ainsi que de (l'Ahrim), celle individuelle de Virginia Lamarque, Xavier Koenig, Christophe Pellicier et Gael Bechard concernant la licence Environment Impact Assessment (EIA) accordée à l'entreprise aquacole, Growfish. 

Le tribunal de l’Environnement composé de Vedalini Phoolchund-Bhadain et ses deux assesseurs, Rangeet Bhagooli et Pravin Manna, a retenu trois arguments : le risque requin, le manque d’informations autour du projet de Growfish et le conflit d’intérêts du ministère de la Pêche concernant l’octroi d’un permis d’Environement Impact Assessment (EIA) pour une ferme aquacole à Bambous.  

Pour rappel, le Ministère de la Pêche, dans son témoignage a affirmé qu'il n'y avait aucune raison de ne pas avoir confiance au Ministère de la Pêche, qu'il n'y avait jamais eu d'attaque de requins sur les filets de la Ferme Marine de Mahébourg. Il avait aussi expliqué que les articles de presse concernant la présence de requins faisait partie d'une campagne de propagande.  

L'Ahrim a fait ressortir le conflit d'intérêt du Ministère de la Pêche qui siège sur le comité qui décide du permis EIA et sur lequel le Ministère de l'Environnement se repose pour les questions liées à l'impact sur l'environnement marin. 

Les représentants de la société et les ministères de l’Environnement et de l’Economie océanique ont déclaré à l’appel de l’affaire, renoncer à la demande de révision de la décision du Tribunal de l’Environnement. 
 

Dimanche 23 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.