Menu


Politique

Badhain le «outsider» en politique, a droit à son bizutage


Rédigé par E. Moris le Mardi 28 Juillet 2020



Quoi de mieux qu'un bon bizutage pour accueillir les nouveaux venus !

Samedi dernier, les dirigeants des trois partis de l’opposition se sont rencontrés pour discuter d’éventuelles actions communes. Si le plus souvent, un esprit «bon enfant» règne lors de ces événements, il arrive que sous couvert de rites initiatiques, des pratiques s’apparentant au bizutage perdurent.

On sait très bien qu’il n’y a pas de hasard, lorsque Rajesh Bhagwan, député mauve, qui n’écarte pas l’option Bhadain dans cette nouvelle coalition, déclare « Letemps ava faire so travail. » 

Ce rite destiner à faciliter l'intégration des nouveaux-venus dans une formation n'est pas nouveau. Il faut faire ses preuves. Au sujet de l'ancien ministre de la Bonne gouvernance, Rajesh Bhagwan dit suivre avec attention le travail qu’il effectue. Il n'est pas le seul. Navin Ramgoolam, le leader du parti travailliste et Xavier Duval du PMSD, suivent de très près le jeune troublion.

"Pravind Jugnauth inn kasyet, nu pa kone kot li ete, kan li vini li fer bann special appearance kumadir bann akter dan fim indyin!" - Roshi Bhadain

Politiquement, il ne vaut pas grand-chose. Mais dans les faits, c’est un emmerdeur de première. Et, pour le gouvernement, un abcès aux fesses qui rend la position assise difficile.

En tout cas, il a le sens de la formule. Un brin sarcastique maniant l'humour avec dextérité, le leader du Reform Party est devenu très populaire sur les réseaux sociaux, en témoigne sa page Facebook et le nombre d'abonnés.

Badhain a compris, avant les autres, l'importance de communiquer et de s'installer dans le paysage numérique. Ses courtes vidéos en créole, lui donne l'occasion de s'exprimer en temps réel sur l'actualité.

Avocat de profession, il aurait été un excellent journaliste d'investigation. Lorsqu'il était ministre, il avait prit l'habitude de convier les journalistes autour d'un verre ou une séance de vapotage, pour leur remettre des dossiers épineux sur les personnes à "abattre", politiquement. Depuis, il est son propre rédacteur en chef. 

Badhain en veut à beaucoup de monde, et surtout ceux qui l'ont trahi. 

Les membres du gouvernement en font les frais. Celui qui avait surnommé l'équipe dans l'ombre du Premier ministre "Lakwisin", va jusqu'à leur déclarer la guerre.

Samedi 25 juillet, le nouveau ministre de la Bonne gouvernance et des Services financiers, Mahen Seeruttun a déclaré porter plainte, concernant de fausses informations concernant l’achat des équipements médicaux auprès de la firme espagnole Pack & Blister, et surtout le fait que le nom de son frère soit mentionné. Il a ciblé le leader du Reform Party, Roshi Badhain.

L'ancien Ministre de la Bonne gouvernance, avec la verbe qu'on lui connait, n'a pas tardé à réagir : "C'est une persécution de la Kwizinn, zot finn mette la main dans nik mouss zonn sane fois là"

D'emblée, il a annoncé que cette campagne de persécution, ne lui fait pas peur, bien au contraire. Roshi Badhain, preuve à l'appui, démonte l'argument du ministre Seeruttun, à l'effet qu'il n'a jamais nommé le nom de ce dernier dans le dernier scandale en date du gouvernement, sur l'achat de matériel et des médicaments en pleine pandémie de la Covid-19. C'est avec une certaine ironie, que cette fois-ci, Badhain déclare que c'est Seeruttun qui a fait des diffamations à son encontre. Et qu'il devra se défendre.

Le ton est donné et 'la Kwizinn' ciblée 

Badhain est revenu sur sa loyauté à l'encontre de Pravind Jugnauth à l'époque dans l'affaire Medpoint, mais que désormais la guerre est ouverte, avec la plainte de Seeruttun. "Zot envie déclare la guerre, la guerre est déclarée."


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.