Menu

Société

Avinash Gopee va gérer Rs 10,4 milliards de projets de drains en toute opacité


Rédigé par E. Moris le Mercredi 22 Juin 2022



Ce n'est nul autre que Bobby Hurreeram qui l’a annoncé au Parlement, lundi, en réponse à une question du député Osman Mahomed. Avinash Gopee, le mignon de Pravind Jugnauth est nommé à la tête de de Drains Infrastructure Construction Ltd (DICL). Quand on sait que depuis le Budget 2021-2022, selon Padayachy, "nou mesure phare c'est drains", dans le milieu personne ne se dit surpris de cette nouvelle nomination. En effet, c'est le jackpot assuré avec Rs 10,4 milliards de projets de drains à gérer en toute opacité, tout comme son salaire et autres allocations, à ce jour. Un festival de scandales en perspectives.

“Je n’ai reçu aucun privilège, c'est de la jalousie à mon égard."

Après le fiasco du complexe sportif de Côte-d’Or, on l'avait presque oublié. Il faut dire que l'homme se fait discret. Depuis le lancement du projet très controversé de Sus-Island Mauritius, rappelons que Avinash Gopee est à la tête du Tourism Authority depuis février 2020. Une nomination politique dont cet organisme a le secret. Notons que Avinash est le fils de Nundun Gopee, un des entrepreneurs locaux ayant fait fortune dans le bâtiment, classé par le magazine Forbes parmi les “5 Multi-Millionaires From Mauritius You Should Know”, aux côtés de Raymond Ah-Chuen, Bashir Currimjee et sa famille, Michel de Spéville et Arnaud Dalais.

 

Le CEO du groupe Nundun Gopee (NG) depuis 2013, est un proche de Lakwisin, il a été nommé président du conseil d’administration de la Mauritius Multisports Infrastructure Ltd. Soupçonné de rafler des contrats à la pelle en tant que promoteur sous le gouvernement Jugnauth (World Hindi Secretariat, NHDS à Souillac, rénovation de l'hôpital ENT au coût de Rs 500 000 et des infrastructures sportives dans le cadre des Jeux des îles...),

Visite guidée de la villa d'un multi-millionnaire sur une falaise à Beau-Bassin

Ce sont aussi des révélations contre la Smart city à Côte d’Or, un terrain de 1000 hectares alloué au groupe Nundun Gopee alors que le projet Heritage City à Highlands a été classé en raison des risques liés à la proximité avec Bagatelle Dam qui suscite des interrogations. Mais Avinash Gopee, l'un des mignons du gouvernement a aussi obtenu un total de Rs 500 millions de la MIC. Cela, grâce à ses deux compagnies. La première, Luxury Village, avait déjà obtenu Rs 300 millions. Dans ce cas aussi, le board a renversé la décision de l’Investment Committee. « Ce n’était pas assez pour Avinash Gopee. Il a créé une autre société, PSH Investment Limited, qui a obtenu 3 arpents de Landscope Mauritius et Rs 200 millions de la MIC. Puis, il a obtenu Rs 600 millions de la SBM. Mais comme il n’a pas de clients, il est allé voir l’Economic Development Board qui a accepté de louer des espaces de bureaux pendant 10 ans. L’EDB loue des bureaux dans un bâtiment qui n’existe pas encore », a allégué Xavier-Luc Duval lors d'une PQN le 20 juillet 2021.

 

Ce n'est pas la première fois que Avinash Gopee fait l'objet d'une Private Notice Question. Le 28 juillet 2020, le leader de l'opposition de l'époque, Arvin Boolel avait axé sa question sur Landscope Mauritius, notamment le transfert avorté à la dernière minute de terrains valant plusieurs milliards de roupies à deux sociétés. Les terrains devaient servir au développement de la Smart City de Cote d’Or. Et l’une des deux sociétés qui allaient hériter de ces terres est dirigée par Avinash Gopee, de Nundun Gopee & Sons, et l’autre a Tommy Ah Teck pour figure de proue. Arvin Boolell souhaitait des détails sur les irrégularités dénoncées notamment par Gérard Sanspeur, qui lui a d’ailleurs valu un interrogatoire au CCID hier. Notons que d'autres projets immobiliers sont en cours, comme celui d’Asmara aux Salines Pilot à Rivière-Noire et Royal Green, un concept de résidence pour seniors, située juste en face de Wellkin Hospital, projet estimé à Rs 1,5 milliards.

Mercredi 22 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.