Menu


Société

Avinash Gopee, président de la Tourism Authority : "Maurice a toujours été considérée comme une destination sûre, luxueuse et accueillante "


Rédigé par E. Moris le Vendredi 29 Mai 2020



Si une étape décisive pour l'industrie a été franchie avec l'approbation par le World Travel and Tourism Council (WTTC) du protocole sanitaire mis en place par la Tourism Authority et le Ministère du Tourisme, les frontières mauriciennes resteront fermées jusqu'à nouvel ordre.

Le couvre-feu sanitaire sera levé à partir de ce dimanche 31 mai, seuls les vols de rapatriements et de cargo sont autorisés. Idem au niveau du port.

Pour rappel,  Avinash Gopee est à la tête du Tourism Authority depuis le 28 février dernier. Une nomination politique dont cet organisme a le secret.

Des imposteurs à la tête du secteur du tourisme à Maurice

Notons que Avinash est le fils de Nundun Gopee, un des entrepreneurs locaux ayant fait fortune dans le bâtiment, classé par le magazine Forbes parmi les “5 Multi-Millionaires From Mauritius You Should Know”, aux côtés de Raymond Ah-Chuen, Bashir Currimjee et sa famille, Michel de Spéville et Arnaud Dalais.

Le CEO du groupe Nundun Gopee (NG) depuis 2013, est un proche de Lakwisin, il a été nommé président du conseil d’administration de la Mauritius Multisports Infrastructure Ltd. 

Soupçonné de rafler des contrats à la pelle en tant que promoteur sous le gouvernement Jugnauth (World Hindi Secretariat, NHDS à Souillac, rénovation de l'hôpital ENT au coût de Rs 500 000 et des infrastructures sportives dans le cadre des Jeux des îles...), Avinash Gopee clame à qui veut l'entendre : “Je n’ai reçu aucun privilège, c'est de la jalousie à mon égard".

Ce sont aussi des révélations contre la Smart city à Côte d’Or, un terrain de 1000 hectares alloué au groupe Nundun Gopee alors que le projet Heritage City à Highlands a été entériné en raison des risques liés à la proximité avec Bagatelle Dam qui suscite des interrogations.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.