Menu


Politique

Aveu d'échec de Pravind Jugnauth « Malgré la fermeture de nos frontières, la drogue continue à entrer dans le pays »


Rédigé par E. Moris le Mardi 15 Septembre 2020

La commission d’enquête sur la drogue avait débuté ses travaux le 4 novembre 2015. Elle a auditionné 317 personnes, dont des députés, des membres de la force policière, des avocats, des prisonniers et différents acteurs tant du secteur privé que public.



Ce mardi 15 septembre, deux ans après que le rapport soit rendu public, le comité du High Level Drugs and HIV Council présidé par le Premier ministre Pravind Jugnauth, s'est réuni à Port-Louis.

Pravind Jugnauth, rappelle que des actions avait déjà été prises lors de son premier mandat en tant que chef du gouvernement, mais regrette le fait que la drogue est toujours bien présente dans le pays, malgré la fermeture des frontières. 

Rappelons que le comité s'était réuni le 10 août 2018, avec comme objectif d’examiner les recommandations faites par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen pour ensuite décider de la marche à suivre.

Deux ans après, les conclusions sont les mêmes...il faut encore réfléchir.

Malgré un tonitruant "mo pou kass les reins bann trafiquants" lancé par le Premier ministre, aucun plan d'urgence nationale. L'île est devenue une véritable passoire pour les "barons de la drogue" qui ont de beaux jours devant eux et les enfants de la République, eux, continuent de plonger dans une lente et inexorable descente aux enfers.  

L'île Maurice : nouvel itinéraire pour les narcos 

Où en sont ces enquêtes à chaque arrestation ? Qui finit par réceptionner toute cette drogue une fois arrivée à destination ? Si la filière africaine implantée sur l'île est souvent dénoncée, malheureusement faute d'investigations et de réel moyens, le marché est arrosé par de la drogue dure.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.