Menu



Société

Audit 2019/2020 : Les médicaments et équipements médicaux ont coûté la peau des fesses


Rédigé par E. Moris le Mercredi 24 Mars 2021



Encore un peu, c’est tout le fessier qui partait en fumée… Durant les trois mois du confinement en 2020, l’Audit note que  nombre de produits à usage unique ont couté cher. Très cher ! Dans certains cas, c’était 2 à 67 fois plus cher. Et dans certains cas, le prix coté pour certains médicaments ont littéralement explosé. 

L’Audit a révélé plusieurs anomalies. D’abord, le fait que sur les Rs 1,2 milliards dépensés pour acheter des médicaments, Rs 82 millions sont allées à quatre compagnies avec lesquelles le ministère de la Santé n’a jamais travaillé dans le passé. Mieux, trois de ces firmes ne sont pas concernées par le secteur.

Mais plus grave encore, l’Audit n’a aucune preuve que les fournisseurs avec lesquels le ministère a l’habitude de travailler ont été contactés. Ce qui est grave. Cela voudrait dire que dès le départ, il y avait le désir de permettre à des compagnies spécifiques de se faire de l’argent avec ces achats en urgence. 

L’Audit épingle aussi la State Trading Corporation et le ministère du Commerce de Yogida Sawmynaden. Il souligne Rs 780 millions ont été déboursées pour acheter des équipements médicaux avec des firmes qui n’opèrent pas dans le secteur de la santé. 

L’Audit soutient aussi que des centaines de milliers de masques N95 et chirurgicaux ont été achetés alors qu’il n’y a aucun document certifiant qu’ils sont confirmes aux spécifications.

L’Audit soutient aussi que le prix de certains médicaments a augmenté de plus de 3 000%. Qui a fait de bonnes affaires ?

Mercredi 24 Mars 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 24/03/2021 08:45
Docteur Maboule et Mister Hyde
" en veux tu en voila.. ds respirateurs, ( non fonctionnels) , des vaxxins ( non agrées) .. c'est pas mwa qui paye c'est les con -tribuables.."

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.