Politique

[Audio] Quand Pravind Jugnauth rencontre les églises pentecôtistes

Mardi 9 Octobre 2018

Cela fait plusieurs années que les responsables des églises pentecôtistes réclament une reconnaissance officielle comme religion par l’État ! Vendredi dernier, ils ont eu l’occasion d’adresser leur requête directement au Premier ministre, Pravind Jugnauth. Ce dernier avait été convié à une rencontre par ces responsables ‘religieux’ au Triveni Hall, à Beau-Bassin. 

Précisons que ces églises pentecôtistes et évangélistes sont reconnues comme association actuellement. Ce qui fait qu’elles doivent tenir des élections à intervalles réguliers. Une reconnaissance comme religion ferait qu’il n’y aura pas d’élection à organiser. Sans compter qu’elles deviendraient éligibles à des subventions de l’État. Ce que les responsables de ces institutions disent ne pas chercher.

Les églises pentecôtistes et évangéliques comptent plus de 85 000 fidèles à Maurice. L’Assemblée de Dieu, Les Témoins de Jéhovah et Church Team Ministries International font partie de ces églises. C’est le ministre Étienne Sinatambou, lui-même membre de l’Assemblée de Dieu, qui a facilité cette rencontre.

Dans son discours, le Premier ministre a expliqué qu’il est lui-même un croyant et qu’il estimait qu’il était de son devoir de rencontrer toutes les associations religieuses. Il a aussi rappelé les actions qu’il a prises pour augmenter le montant des allocations aux groupes socioculturels. 

Toutefois, Pravind Jugnauth n’a pris aucun engagement vis-à-vis des responsables de ces groupes religieux. Comme ses prédécesseurs, il a indiqué qu’il va considérer cette demande.

converserion_du_pm_avec_les_pasteurs.mp3 Intégralité de la bande-son du discours du Pm avec les Pasteurs.  (27.71 Mo)


Rédigé par E. Moris le Mardi 9 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.