Menu


Politique

Au tour de Nando Bodha de se retrouver dans la tempête


Rédigé par E. Moris le Mardi 21 Avril 2020



Quelle est la responsabilité d’un pays envers ses citoyens bloqués à l’étranger ? La question reste posée.

Elle est d’actualité compte tenu du nombre de ressortissants mauriciens qui ne peuvent retourner au pays. Eux-mêmes, mais aussi leurs proches mettent une pression terrible sur le gouvernement, notamment le ministre des Affaires étrangères.

Et preuve que la situation va mal : ces Mauriciens ne s’adressent plus au ministère concerné (Affaires étrangères) mais lancent des SOS au leader de l’opposition et aux médias, surtout certains médias.

Ainsi, une jeune femme bloquée en Turquie fait appel à Arvin Boolell pour leur venir en aide, tout en critiquant Nando Bodha. « Monsieur Bodha, que comptez-vous faire pour nous aider à revenir au pays ? » C’est la question que pose Radhikha depuis Istanbul dans une vidéo postée sur Facebook.

Et le leader de l’opposition a déjà répondu à la jeune femme. Mais en général, les messages de Mauriciens bloqués à l’étranger pleuvent littéralement dans certaines rédactions. Ainsi, les numéros de téléphone sur lesquels l’on peut joindre ces Mauriciens sont nombreux. De ce fait, après Jugutpal pour la crise sanitaire, Sawmynaden sur les pénuries, Gobin sur la pomme de terre et l’oignon, c’est au tour de Nando Bodha de se retrouver dans la tempête.

Et dire que des arrangements ont été faits pour donner à ces Mauriciens des prêts avec des conditions très avantageuses ne suffira peut-être pas !

Au tour de Nando Bodha de se retrouver dans la tempête


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.