Menu


Politique

Assemblée nationale : Anil Gayan brandit des photos d'hommes politiques avec des présumés trafiquants de drogue


Rédigé par E. Moris le Samedi 22 Juin 2019



Le moins que l'on puisse dire c'est que les séances budgétaires de hier vendredi, était l'heure des règlements de compte pour le ministre Anil Gayan.

Après avoir mis hors d'elle la députée du PMSD, Aurore Perraud concernant son leader Xavier-Luc Duval, ce qui lui a valu une expulsion par la Speaker de l'assemblée Maya Hanoomanjee. Anil Gayan était en croisade !

Lors de son intervention sur les débats budgétaires, le ministre du Tourisme est revenu sur la polémique à la suite de la diffusion d'une «vidéo-montage» et des propos qu'il aurait tenu en 2016 sur le «honor killing». 

Il s'est expliqué sur ce séminaire organisé par la Mauritius Family Planning Association qui avait pour thème : "violence sexuelle entre les partenaires intimes" alors qu'il était ministre de la Santé. Selon lui, le
«honor killing» était d’actualité sur le plan international et à l’ONU, il n'a fait que condamner ces actes barbares.

Une séance suspendue à la suite des petites tensions entre le député du MMM, Reza Uteem, et Anil Gayan. Mais à la reprise, le ministre du Tourisme est allé chercher ses adversaires cette fois-ci sur un terrain plus dangereux en brandissant des photos.

Il affirme que certains d’entre eux, et leurs camarades de partis, ont été photographiés en compagnie de personnes arrêtées l’année dernière dans des affaires de trafic de drogue.

Ce qui a valu un walk-out de l'opposition...

Pour rappel, tout aurait commencé lors des débats sur le United Nations (Financial Prohibitions, Arms Embargo And Travel Ban) Sanctions Bill, le 22 mai 2019, Shakeel Mohamed a vivement critiqué la position d’Anil Gayan sur le Pakistan. Ce dernier a réfuté les attaques du député en affirmant n'avoir jamais critiqué le Pakistan et souhaitait s'expliquer. 

Lire également : Le ministre du Tourisme, Anil Gayan, s'est rendu au CCID aux Casernes centrales à Port-Louis pour porter plainte contre une vidéo montage. 



 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.