Menu

Société

Assemblée générale des Nations Unies : Pravind Jugnauth s’envolera pour New York


Rédigé par E. Moris le Lundi 5 Septembre 2022

Comme chaque année, les chefs d’états et de gouvernement font le déplacement pour discuter des grands enjeux diplomatiques.



Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, se rendra à New-York à l'occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 13 septembre.  A noter que le chef de la Fonction publique et secrétaire au Cabinet Nayen Koomar Ballah fera partie de la délégation qui accompagnera le Premier ministre.

Le dossier chagossiens sera sur la table. Rappelons que les îles Chagos sont au centre d'un conflit qui dure depuis des décennies. En 2019, la Cour internationale de justice de La Haye a jugé à l'unanimité que le Royaume-Uni devait céder les îles à Maurice et la résolution a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies. La Cour internationale de Justice (CIJ) s'était prononcée à l’unanimité contre le Royaume-Uni en 2019, déclarant que la Grande-Bretagne violait le droit international et devrait immédiatement s’employer à achever le processus de «décolonisation» en ce qui concerne Maurice.

L’archipel de l’océan Indien comprend une base militaire américaine. Le Royaume-Uni a déclaré qu’il rendra les îles lorsqu’elles ne seront plus nécessaires à des fins de défense. En réponse à cette décision, un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères avait déclaré: « Le Royaume-Uni n’a aucun doute sur notre souveraineté sur le territoire britannique de l’océan Indien (BIOT), qui est sous souveraineté britannique continue depuis 1814. Maurice n’a jamais exercé sa souveraineté. sur le BIOT et le Royaume-Uni ne reconnaît pas sa réclamation. « 


 

Lundi 5 Septembre 2022


1.Posté par Caro le 05/09/2022 15:12
Il va dire que son père a vendu les Chagos aux anglais mais que ce n etait pas légal????
Et dans 50 ans il ira à l onu pour dire qu Agaléga est mauricien et pas indien!!!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.