Menu

Politique

Arvin Boolell : « Kan la fin kosté l'esprit chaviré »


Rédigé par E. Moris le Samedi 7 Mai 2022

Lors de la conférence de presse du Parti travailliste, Arvin Boolell prenant la parole est revenu sur l'actualité en évoquant sur les circonstances dont le Slovaque Peter Uricek a quitté le territoire mauricien le 26 avril 2022.



Les mots ont été durs envers le gouvernement, notamment sur le communiqué émis par l'Attorney general pour se dédouaner dans cette affaire. Selon le député rouge, "c'est un catalogue de faux pas monumental". Rappelons que le bureau du Premier ministre affirme que Peter Uricek n’a jamais été extradé ni déporté mais qu’il a été privé de son statut de résident lorsqu’ils remettaient Peter Uricek aux autorités slovaques.

C'est une "obscénité politique qui nuit à notre réputation à l'international. L'arme politique bafoue le judiciaire". Pour lui, "c'est la dictature", le régime a pris un sale coup avec le communiqué des Avocats sans frontières. Selon Boolell, le pays est entré dans "l'histoire avec l'agression physique et verbal du président du Bar Council."

Contre toute attente, Boolell a pris comme exemple le ministre de la Bonne Gouvernance d'alors et Ravi Yeerigadoo, qui souhaitaient l'extradition de Mme Sournack exilée en Italie, il s'est demandé si le gouvernement italien avait laissé une ingérence mauricienne dans sa politique d'extradition. Le député travailliste a aussi évoqué la tractopelle bourrée de drogue, et s'est demandé si il y aurait une possibilité qu'il puisse avoir avec un lien avec le Slovaque. Le projet du nouveau hippodrome à Côte d'Or était aussi sur le tapis.

Pour Patrick Assirvaden, intervenant sur le dossier Terragen, il évoque une rupture au mois de décembre qui n'est pas à écarter et souhaite que Terragen rende public le contrat qui le lie au Central Electricity Board.

Samedi 7 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.