Menu



Faits Divers

Arrestation du chef de gang présumé Vishal Shibchurn : le sergent menacé et muté avec effet immédiat


Rédigé par E. Moris le Mercredi 2 Juin 2021



La force policière est malade. Le sergent Nooran Ahamudally qui a arrêté Rohiswar Sitaram Shibchurn, dit Vishal, a été dessaisi du dossier le lundi 31 mai et transféré avec effet immédiat à la CID de Curepipe.

Le 28 mai, le sergent devant le tribunal de Curepipe s'était opposé à la remise en liberté conditionnelle déposée par le présume chef de gang et principal suspect de l’agression de trois membres d’une famille à Henrietta, Vacoas. Le pompier répond d’une accusation provisoire d’agression avec préméditation dans cette affaire. 

A sa sortie, le multi récidiviste aurait menacé le sergent de police Ahamudally, affecté à la Criminal Investigation Division de Vacoas en ses termes : «Sa pa pou fini kum sa. Mo ena tou renseignement lor twa mo koner ki mo  bizin fer.»

Ce dernier a porté plainte au poste de police de Curepipe pour menace et tentative d'intimidation de la part de Vishal Shibchurn. Depuis, cet officier a été transféré avec effet immédiat.

Rappelons que dans la nuit du 16 au 17 mai, selon la plaignante de 53 ans, son mari de 55 ans, un homme d’affaires à la tête d’une société de location de voitures, a été agressé à coups de sabre à son domicile par une bande cagoulée. Elle soutient qu’elle a été bousculée ce soir-là. Enfin, son fils de 25 ans a été forcé de monter à bord d’une voiture, a été tabassé puis abandonné sur la route.

La femme a reconnu Vishal Shibchurn qui ne portait pas de masque. L’agression a pour origine la location d’une voiture. L’homme n’avait pas retourné le véhicule après 23 jours. La personne qui a loué le véhicule aurait fait appel à Vishal Shibchurn pour qu’il transfert de l’argent via Juice. Le soir même, les gros bras ont débarqué chez lui et l’ont agressé à coups de sabre

A lire également : Deux mois à peine après des messages d'incitation à la haine raciale, des sabres font librement surface sur la place publique

Mercredi 2 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.